Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

MUNICIPALITE DE BUJUMBURA> Avis des uns et des autres face aux propos de certains politiciens en exil interpellant les Burundais à ne pas reconnaitre les résultats des prochaines élections

Certains politiciens burundais en exil, responsables des partis politiques, commencent à interpeller les fidèles de leurs partis et les Burundais en général à ne pas reconnaitre les résultats des élections prochaines. Les citadins sont invités à ne pas prêter une oreille attentive aux détracteurs de la paix.politique

Face aux propos de certains politiciens en exil, qui commencent à interpeller les Burundais en général à ne pas reconnaitre les résultats des prochaines élections, la rédaction du journal Le Renouveau a recueilli les avis des uns et des autres vivant dans la municipalité de Bujumbura face à ces propos.Selon Siméon Ndayongeje rencontré à la Gare du nord mais vivant à Gatunguru, il va participer aux élections en bonne et due forme en tant que Burundais qui aime son pays. Nous connaissons déjà le comportement inadéquat de certains politiciens à l’approche des élections. M.Ndayongeje invite les militants des partis politiques dirigés par des politiciens en exil de participer aux élections prochaines et de reconnaitre les résultats des urnes pour les prochaines élections pour éviter de tomber dans des pièges qui leur tendus.Les élections ont été préparées dans la tranquillité et nous les Burundais avons contribué au bon déroulement, raison pour laquelle nous devons  y participer, a dit M.Ndayongeje. Ceux qui appellent les Burundais à boycotter les élections sont à l’étranger et veulent replonger le peuple burundais dans le chaos qui s’est produit en 2015, qu’ils cessent leurs magouilles, a-t-il ajouté.Quant à J.N vivant en zone urbaine de Cibitoke,  les Burundais ne sont pas bêtes à tel point qu’ils ne sont pas capables de distinguer le bien et le mal. Il a à cet effet, interpellé tous ses frères burundais à ne pas prêter une oreille attentive aux détracteurs de la paix qui veulent encore replonger le pays dans une crise fratricide.Pour N.C, un habitant de la zone urbaine Ngagara, aller voter est un droit incontournable de tout un chacun.  Il doit aller voter et il a invité les Burundais à se réveiller très tôt le matin en date du 20 mai 2020 pour se rendre vers les bureaux de vote afin d’exercer  leur droit de citoyenneté  et accepter ce qui sortira des urnes, c'est-à-dire la volonté de la majorité.


MARTIN  KARABAGEGA

Ouvrir