Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Le 12 mai > Journée internationale de l’infirmière

 A l’occasion de la Journée internationale de l’infirmière qui se célèbre le 12 mai de chaque année, les patients qui fréquentent l’hôpital Roi Khaled de Kamenge reconnaissent le travail abattu par les infirmiers qui y prestent. Cependant, ils les suggèrent d’améliorer l’accueil afin de prévenir certaines lacunes.  infirmière


Didacienne Ndayihaya fréquente souvent l’hôpital Roi Khaled de Kamenge pour les soins de son enfant. Elle fait savoir que les infirmiers qui y prestent, exercent un travail ardent. «  A n’importe quelle heure qu’un malade va se faire soigner à l’hôpital Roi Khaled, il y trouve une équipe des infirmiers. Certains parmi ceux-ci se sacrifient pour soigner et orienter les malades », précise-t-elle.Cependant, elle déplore que de temps en temps, les infirmiers n’accueillent pas les malades à leur satisfaction : « Certains patients se lamentent que quand ils se présentent dans les services de pédiatrie, de gynécologie et de chirurgie, ils peuvent passer beaucoup de temps sans être accueillis. De ma part, je fréquente souvent l’hôpital Roi Khaled pour les soins de mon enfant. Des fois, les infirmiers traînent pour nous accueillir. Ils prétextent qu’ils ont beaucoup de travail. Mais réellement, ils sont en train de dialoguer entre eux ou de consulter leurs téléphones. En gynécologie, les femmes qui viennent accoucher affirment que si elles se présentent sans avoir une connaissance dans ce service, elles peuvent avoir des complications car ceux qui sont en train de travailler leur disent qu’ils ont beaucoup de patients, donc qu’elles doivent attendre. Dans ce cas, certaines femmes peuvent avoir des problèmes liés à cette négligence », signale-elle.

 Certains infirmiers n’acceptent pas les remarques en provenance des patients

Mme Ndayihaya ajoute que si les patients font des remarques à certains infirmiers qui commettent des dérapages, ils deviennent très furieux en rétorquant que les patients ne sont pas mieux placés pour savoir s’ils travaillent convenablement ou pas. Elle laisse entendre que ce qui est déplorable est que,  ce comportement indigne devient comme une habitude. Pour ce faire, Mme Ndayihaya demande aux responsables de l’hôpital Roi Khaled de revoir les prestations de certains infirmiers afin de diminuer les lamentations des patients. Elle les suggère également de primer d’une manière remarquable les infirmiers qui travaillent avec dévouement pour accueillir les malades.


         Rose Mpekerimana

Ouvrir