Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

ARTISANAT> Sa promotion par les lauréats des universités

Dans le but de lutter contre le chômage et contribuer dans la création de l’emploi, des lauréats des universités se sont regroupés en association et ont bénéficié d’une formation dans le domaine de l’artisanat. Avec cette formation reçue, cette association dénommée « Rassemblement des volontaires chrétiens pour le développement durable », compte contribuer dans la protection de l’environnement en fabricant des emballages non biodégradables. Ces lauréats des universités soulignent qu’il n’y a pas en effet de sot métier.metier

Dans un entretien avec Fabien Bizimana, lauréat de l’Université du lac Tanganyika dans la faculté de sciences et comptabilité, en même temps  vice-président de l’association, il indique que la majorité des membres de cette association sont des lauréats des universités. Ils ont été formés en artisanat par des artisans locaux. M. Bizimana souligne  que lors de la formation, ils ont appris comment on fabrique les emballages non biodégradables qui sont en train de remplacer les sachets en plastique.  Ils ont appris également comment on fabrique  des colliers (bijoux). Notre interlocuteur fait savoir que cette formation a été très bénéfique  pour eux car, avec la fabrication des emballages non biodégradables, l’association va contribuer dans la protection de l’environnement en luttant contre les sachets en plastique qui détruisent l’environnement. 

Une opportunité de lutter contre le chômageIl s’agit d’une opportunité également de lutter contre le chômage en créant l’emploi. « On va appuyer  le gouvernement dans la politique de la création de l’emploi et avec ces emballages, nous allons contribuer dans la protection de l’environnement », dit M. Bizimana. Avec la pandémie du Covid-19, l’association n’a pas encore commencé à travailler mais il précise que d’ici la semaine prochaine, elle  pourra commencer ses activités. M. Bizimana n’hésite pas de dire qu’il n’existe pas de sot métier. Il conseille les  autres jeunes qui terminent les universités de ne pas rester les bras croisés. Plutôt, il faut se regrouper en association afin de s’auto développer et contribuer dans le développement du pays. 

 
Emélyne Iradukunda

Ouvrir