Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Editorial

Si, sur le plan politique, il y a un événement d’importance nationale très attendu par le peuple burundais, c’est bel et bien celui qui se produira le 20 mai prochain, une date qui se fait de plus en plus proche. Celles et ceux remplissant toutes les conditions exigées par la loi se lèveront tôt et se dirigeront vers les lieux aménagés pour le vote où, simultanément, ils éliront le Président de la République, les députés et les conseillers communaux. Cela se fera après une campagne électorale qui aura permis à tous les compétiteurs électoraux de se faire connaître et de rendre public leurs projets de société. Il aura malheureusement été constaté que pendant la campagne électorale toujours en cours, certains partis politiques ont sciemment dévié de leur trajectoire, en jetant l’anathème sur d’autres formations politiques, violant ainsi le code électoral et le décret présidentiel qui indiquent clairement le comportement électoral devant être affiché en pareille circonstance, loin des déclarations mensongères, injurieuses et diffamatoires. La campagne électorale est un moment privilégié pour un débat politique sain et serein, caractérisé par le respect des différentes opinions et des différents groupes politiques. Favoriser une bonne campagne électorale suscite et encourage une participation réelle et active des citoyens au bon déroulement des électi     ons envisagées. Le non respect du code électoral et du décret présidentiel portant ouverture signifierait un manque de compétence dans la gestion de la chose publique. C’est en quelques mots, la franchise, la sérénité et la responsabilité qui doivent marquer ce moment fort précédant et préparant les élections.

C’est cette même franchise, cette même sérénité et cette même responsabilité qui devront caractériser le peuple burundais au moment du vote à l’occasion duquel il fera preuve de sa maturité politique et démocratique, montrant à suffisance que rien ne peut plus se décider sans lui ou en dehors de lui. La démocratie n’est-elle pas, en effet, définie comme étant le pouvoir du peuple et pour le peuple ? Instrument majeur au service de la paix et du développement, la démocratie qui est une réalité depuis que le Président Pierre Nkurunziza préside aux destinées de la Nation, ne peut être que fermement soutenue par le peuple burundais qui en avait été rendu orphelin par la crise sociopolitique de 1993 qui endeuilla des familles entières et détruisit les tissus économiques burundais. A l’heure qu’il est, le vœu le meilleur du peuple burundais est que la démocratie retrouvée se consolide davantage et que toutes les régions du pays demeurent des sanctuaires de paix et de sécurité, le Plan national de développement en cours de matérialisation n’y trouvant qu’un solide point d’ancrage.

Dans son message à la Nation à l’occasion du troisième anniversaire de la mise en place des institutions par la voie électorale, le Président de la République Pierre Nkurunziza a parlé de la démocratie si chère au peuple burundais, en indiquant bien que cette dernière est l’un des piliers de la paix et du développement durable et en nous appelant à toujours la soutenir à travers des projets de développement. C’est dire qu’il n’y a plus de place à celles et ceux qui, hier se complaisaient dans des actions destructrices de la paix et de la démocratie, mais que la place appartient plutôt à celles et ceux qui, en bons patriotes, participent à la construction du pays, à l’épanouissement et à l’enrichissement de la vie politique et démocratique par la consolidation des acquis déjà obtenus en ces domaines.


 Louis Kamwenubusa

Ouvrir