Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Metier de couture> Son importance dans l’autonomisation

Le métier de couture est l’un des métiers qui permet à ceux qui le pratiquent de mener une vie convenable.  C’est un métier comme les autres si on travaille dans le respect des conventions avec les clients. Cela ressort d’un entretien du 5 mai 2020 avec certains tailleurs qui travaillent à l’avenue de l’Amitié  dans la commune Mukaza dans la municipalité de Bujumbura. tailleuse 11

Zacharie Bukeyeneza  a indiqué  qu’il a commencé le métier de couture en 1968. «Comme la société de couture dans laquelle je travaillais venait de fermer en 1993, j’ai décidé de mettre un atelier de couture  à l’avenue de l’Amitié pour voir comment  subvenir aux besoins de  ma famille », a expliqué M. Bukeyeneza. Il fait également savoir que comme il n’est pas instruit, il n’avait pas d’autres choix pour chercher de l’emploi dans d’autres secteurs. De ce fait, il a  préféré s’adonner à ce métier car, révèle-t-il,  ce dernier le fait vivre avec sa famille même si les revenus ne sont pas beaucoup satisfaisants.Quant à Lucien Misago, qui a débuté ce métier de couture en 1974, il explique qu’il a travaillé dans différentes sociétés de couture. Après la fermeture de la société pour laquelle il a travaillé, il s’est décidé de créer un atelier de couture à l’avenue de l’Amitié en 1979. M. Misago souligne que si on respecte les conventions faites avec les clients, le métier de couture peut aider pour mener une vie décente.   La rédaction du journal « Le Renouveau » s’est aussi entretenue avec Belyse Kaneza, qui fait ledit métier à l’avenue de l’Amitié. « Je n’ai pas  beaucoup à dire surtout en matière de recettes  parce que je suis nouvelle   dans cet atelier de couture », dit Mlle Kaneza. Toutefois, elle a indiqué que c’est mieux d’avoir appris ce métier plutôt que de rester à la maison. Car, avec le peu qu’elle gagne, dit-elle, cette activité de couture lui procure des moyens pour se débrouiller. Nos interlocuteurs convergent sur l’avantage du métier de couture dans l’auto-développement si on honore les engagements envers les clients.

Claude Hakizimana (Stagiaire)

Ouvrir