Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

JEUNESSE> Importance d’appartenir à des groupements associatifs

Pour lutter contre le chômage, les jeunes de la zone Kanyosha se sont mis ensemble dans les mouvements associatifs. Dans ces groupements, plusieurs thèmes sont débattus tels que l’autonomisation de la femme et des jeunes à travers les activités génératrices de revenus,  la protection de l’enfant etc. Ces jeunes après avoir reçus des formations sont capables de voler de leurs  propres ailes a dit le représentant légal de Bold generation qui prend en charge ces jeunes.  

Aujourd’hui les jeunes ne doivent plus attendre tout de l’Etat. La population des jeunes en âge de recherche d’emploi a tellement augmenté de telle manière que le gouvernement ne peut plus satisfaire tout le monde. Ceux qui ne parviennent pas à décrocher un emploi dans le secteur formel font recours à l’informel.Selon le représentant de Bold génération, Samuel Kwizera, l’association prend en charge les victimes des violences sexuelles et celles basées sur le genre, les femmes célibataires expulsées de chez elles, ainsi que les hommes et les femmes en quête d’emploi.  Fulgence Cimpaye, un des jeunes qui ont été pris en charge par l’association se dit satisfait des réalisations de Bold generation en leur faveur. Il a remercié les initiateurs du projet, car dit-il, c’est grâce à eux qu’il a pu monter son projet. Il a un atelier de soudure. Il a interpellé tous les jeunes en quête d’emploi d’adhérer à des associations, car dit-il, l’Union fait la force. Les activités génératrices de revenus sont diversifiées d’après M.Kwizera. Certaines femmes mettent ensemble leur argent et un certain temps partagent le bénéfice et après chacune peut monter son projet. Ces femmes remercient également l’association qui les a aidées à créer cette activité parce qu’avant chacune travaillait pour son compte mais ne recevait pas assez de bénéfice pour élaborer un projet. Elles ont aussi remercié leurs maris, qui ont accepté qu’elles participent aux groupements associatifs. A ceux qui n’ont pas encore compris, elles demandent que leurs droits soient respectés. 


Aline Nshimirimana

 

Ouvrir