Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Marché Ngagara II> Panier de la ménagère sur certains vivres secs

La rédaction du journal « Le Renouveau » s’est rendue au marché de Ngagara II en mairie de Bujumbura, le lundi 4 mai 2020. Les commerçants disent que les prix de certains vivres secs ont grimpé par rapport aux prix du mois d’avril. Ils indiquent que la cause de cette hausse de prix serait la récolte de la 1ère saison culturale qui n’était pas bonne  ainsi que l’effet du confinement observé à l’étranger sur les importations.

produits prix/kg le 4 mai 2020 prix/kg mois d'avril 2020

riz azanien 1ère qualité

 

 

 

riz tanzanien 2ème qualité

 

riz dit "umurundi"

 

hzricot dit "jaune"

haricot dit"kinure"

 

haricot dit "kirundo"

 

 

 

haricot dit"magwabari"

 

3000fbu

 

 

 

 

 

varie entre 2500fbu et 2600fbu

 

varie entre 1900fbu et 2100fbu

 

varie entre 2300fbu et 2500fbu

 

varie entre 2200fbu et 2500fbu

 

1900fbu

 

varie entre 2000fbu et2200fbu

 

3000fbu

 

2500fbu

1900fbu

 

 

2200fbu

 

1800-1900fbu

 

1500-1600fbu

1900-2000fbu

 

 

haricots

 

 

Voici les prix de certains produits vivriers secs relevés le 4 mai 2020  Voici les prix de certains produits vivriers secs relevés le 4 mai 2020  Certains commerçants ont fait savoir que la variation des prix dépend de la qualité. Ils ajoutent que quand les quantités qu’ils ont dans les stocks se terminent, il leur est difficile de s’approvisionner car ils ne les trouvent pas sur leurs lieux d’approvisionnement. Ces commerçants ont également signalé une pénurie  du petit pois sec devenu presque inexistant sur le  marché. Selon ces vendeurs, le confinement observé dans les pays étrangers a eu une répercussion sur les importations des produits vivriers notamment le haricot. Certains vendeurs qui s’approvisionnent à l’intérieur du pays craignent que les prix du  haricot en particulier et ceux d’autres produits vivriers en général continuent à grimper si la pandémie du Covid-19 ne se termine pas. Car, disent-ils, l’importation des vivres soutenait les récoltes internes.


Claude Hakizimana( Stagiaire)

Ouvrir