Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

1 er mai 2020 > Célébration de la fête du travail et des travailleurs dans la municipalité de Bujumbura

Les cérémonies marquant la fête du travail et des travailleurs dans la municipalité de Bujumbura se sont déroulées sur le stade Intwari le 1er mai 2020. Elles se sont marquées par l’exhibition des tambourinaires et des danses traditionnelles, un long défilé des travailleurs tant du secteur public que privé,  les allocutions des représentants des employés et employeurs mais aussi le discours de circonstance du Premier Vice-président de la République, Gaston Sindimwo.mai


A l’occasion de la fête du travail et des travailleurs, ceux qui travaillent dans les secteurs public et privé ont fait un long défilé en manifestant leur joie. Les tambourinaires et les danseuses traditionnelles ont également agrémenté les cérémonies.Dans son discours de circonstance, le Premier vice-président de la République, Gaston Sindimwo, a fait savoir que la fête du travail et des travailleurs est en train d’être célébrée au moment où le Burundi se trouve dans une période électorale. Il a indiqué que c’est donc une occasion d’évaluer le niveau de réalisation de ce qu’on a promis de faire en faveur de la population mais aussi de se ressaisir sur ce qui n’a pas été accompli. Quant aux actions du gouvernement, M. Sindimwo a indiqué que les activités réalisées concernent, entre autres, l’octroi d’emploi à 2 817 personnes dans le ministère de l’Education, 201 dans le ministère en charge de la santé, 421 personnes ont remplacé celles qui sont décédées. Beaucoup d’emplois ont été octroyés dans le secteur privé mais aussi dans le domaine des forces de l’ordre.Le Premier vice-président de la République a, en outre, saisi l’occasion pour prodiguer des conseils à tous les syndicats des employés et employeurs allant dans le sens de bien vulgariser le Code du travail dans leurs institutions. Il a demandé aux employeurs d’investir pour les pensions complémentaires de leurs employés. Il a aussi fait un clin d’œil à tous les travailleurs de lutter contre la corruption et les malversations économiques car ils n’honorent pas le travailleur lui-même.


Une occasion pour les employés et employeurs de se ressaisirmai1

 Dans son allocution, le représentant de la Confédération des syndicats du Burundi, Mélance Hakizimana, a précisé que la fête du travail et des travailleurs est une occasion, pour les employés et employeurs, de faire un examen de conscience en jetant un coup d’œil sur ce qui s’est passé dans leurs milieux de travail. Il a remercié le gouvernement du Burundi pour les actions qu’il a déjà accomplies en faveur des travailleurs. Il a cependant relevé certains défis liés à l’ingérence de l’administration et de certains partis politiques dans la gestion des syndicats. C’est pour cette raison qu’il a demandé au gouvernement de respecter la convention 87 sur la liberté syndicale et la protection du droit syndical, la convention 98 sur le droit d’organisation et négociation collective, de bien faire une politique nationale salariale, une transparence dans l’octroi de l’emploi mais aussi de rendre justice aux travailleurs qui sont en conflit avec l’Etat ou leurs employeurs, si le jugement est rendu à leur faveur. Quant à la protection de l’environnement, M. Hakizimana a demandé au gouvernement d’accorder la parole aux syndicats pour recueillir leurs préoccupations  dans sa stratégie nationale de protection de l’environnement. Dans le même ordre d’idées, il  a suggéré de mettre en place un fonds chargé d’intervenir en cas de catastrophes naturelles.Il a enfin fait un clin d’œil à tous les travailleurs de respecter les mesures d’hygiène en milieu de travail dans le but de prévenir le Covid-19.

Privilégier le dialogue en milieu de travailmai2

Le président de l’Association des employeurs du Burundi, Théodore Kamwenubusa a remercié le gouvernement du Burundi pour le renforcement du tripartisme dans la gestion des institutions. Il a affirmé que ces dernières ont mis en avant le dialogue. C’est pour cette raison que les grèves ont sensiblement diminué. Il a rappelé que dans le monde entier y compris le Burundi, le secteur privé contribue énormément au développement du pays. Pour ce faire, ce secteur a besoin de renforcer le domaine hydro électrique, de favoriser la circulation des devises dans le pays, d’avoir accès aux médicaments à un prix abordable et de construire les routes en respectant les infrastructures publiques.Il a enfin rappelé à tous les employés et employeurs de toujours privilégier le dialogue en milieu de travail afin de trouver à temps la solution à certains malentendus qui, parfois, les divisent.  

  Rose Mpekerimana

Ouvrir