Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

OBR > Saisie des marchandises fraudées

Le commissaire chargé des enquêtes, de renseignement et de la gestion des risques à l’Office burundais de recette (OBR), Jean Berchimans Niyonzima a indiqué, le jeudi 30 avril 2020, que cet office a saisi, à bord de deux voitures de types  probox, plus de 500 kg de sachets et 8 200 tirettes dont la valeur est d’à peu près sept millions de francs burundais.nkurunziza

S’adressant à la presse, M. Niyonzima a fait savoir  que dans la nuit du mercredi 29 à jeudi 30 avril 2020, vers une heure du matin, l’équipe mobile de l’OBR chargée de lutte contre la fraude a saisi des marchandises de fraude en provenance de la République démocratique du Congo via le lac Tanganyika. Ces marchandises ont été saisies au quartier Kinindo à l’endroit appelé Sagavodo.S’adressant à la presse, M. Niyonzima a fait savoir  que dans la nuit du mercredi 29 à jeudi 30 avril 2020, vers une heure du matin, l’équipe mobile de l’OBR chargée de lutte contre la fraude a saisi des marchandises de fraude en provenance de la République démocratique du Congo via le lac Tanganyika. Ces marchandises ont été saisies au quartier Kinindo à l’endroit appelé Sagavodo.

« Nous avons pu mettre la main sur deux véhicules et deux chauffeurs »

nkurunziza1

Comme indiqué, deux véhicules et deux chauffeurs qui transportaient ces marchandises ont été appréhendés ; le troisième ayant échappé. « La police est en train de mener des investigations pour trouver le troisième véhicule et les propriétaires de ces marchandises », a-t-il signalé.M. Niyonzima remercie la population qui travaille conjointement avec l’OBR suite à l’appel lancé par le gouvernement burundais pour que des gens de bonne foi donnent des informations pour traquer les fraudeurs. « Les informateurs  reçoivent en revanche une prime de 10% du montant des taxes provenant de ces marchandises de fraude ».Concernant le sort des ces sachets importés alors qu’ils sont interdits au pays, M. Niyonzima qualifie ce commerce d’illicite et que tout commerce illicite est considéré comme la vente de drogue. « Il n’y a pas de tarif pour les drogues pour que le trésor public puisse avoir de l’argent provenant de cette vente ».Toutefois, il a réaffirmé que le dénonciateur aura certenaiment une sorte d’intéressement car les deux véhicules vont payer de l’amende. Le montant de 10% calculé à cette sanction sera donné aux dénonciateurs.

       Moïse Nkurunziza

                                               

Ouvrir