Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Presidence de la Republique> Lutte contre les malversations économiques

La Commission chargée de suivre les cas de certains responsables qui affichent un comportement de nature à ternir l’image de l’administration publique en violation de la loi ou se livrent à des actes de malversation, a fait une déclaration à la presse, le jeudi 30 avril 2020. La Commission salue la contribution des médias dans cette tâche et appelle la population à doubler d’efforts dans la dénonciation. nimubona 


Dans sa déclaration, la Commission annonce que des actes de malversation se remarquent au niveau central, au niveau des établissements publics ou administration personnalisée, au niveau des sociétés publiques et des administrations communales et surtout dans des domaines  comme l’administration, le domaine foncier, les finances publiques, les marchés publics, la justice, les impôts et taxes,  l’environnement et les mines. Le président de cette Commission, Elysée Ndaye, dit qu’en passant par les médias, ladite Commission a demandé aux citoyens de dénoncer les cas de malversation par le canal des coordonnées à savoir le numéro vert 300, whatsapp +257 68295625 ou l’adresse e-mail. Il a ainsi remercié les médias car, le message est parvenu à la population. Il a remercié également les citoyens qui ont compris l’importance du message. En effet, dit M. Ndaye, beaucoup de citoyens ont déjà communiqué à la Commission les cas de malversation constatés dans différents domaines. Il parle de 18 dénonciations sur la mauvaise gestion des fonds publics ; 4 dénonciations sur le détournement des véhicules de l’Etat ; 10 sur la mauvaise gestion ou détournement de la subvention de l’Etat  aux coopératives Sangwe ; 14 dénonciations sur la vente des boisements communaux, 16 sur la vente ou l’attribution irrégulière des terrains du domaine de l’Etat ; 8 cas de malversation dans les marchés publics ; 3 dans l’achat du café aux caféiculteurs à un prix inférieur à celui fixé par l’Etat  et 5 dénonciations dans le domaine de la justice.  M. Ndaye dit que sa Commission s’attèle à faire des investigations sur ces cas pour transmettre le rapport y relatif. Il demande aux citoyens de faire des dénonciations dans d’autres domaines. Il regrette le nouveau langage utilisé dans les malversations tels « nous venons sur ordre d’en haut » ou bien « nous faisons partie du système ».  Il rappel que le dénonciateur qui fournira une information permettant de protéger les biens de l’Etat pourra percevoir un intéressement.


Alfred Nimbona

Ouvrir