Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

DEVELOPPEMENT RURAL> La part des institutions de microfinances

En matière de financement agricole et rural, les approches des gouvernements sont d’une importance capitale dans la contribution au développement rural. Pour promouvoir ce dernier, les institutions de microfinances (IMF) jouent un rôle crucial, car les populations rurales, à travers les microcrédits contractés, réalisent facilement leurs petits projets de développement.


La restructuration des marchés financiers ruraux  engendre une raréfaction du crédit agricole. Un secteur associatif et coopératif s’est progressivement construit pour couvrir une partie de la demande de financement agricole. Dans le même temps, nul n’ignore que l’agriculture revient au sommet des préoccupations des bailleurs et des organisations de la coopération internationale, parce qu’elle joue un rôle moteur dans la croissance économique des pays en développement, et que la pauvreté est généralement plus intense et profonde en milieu rural. Ainsi, la question du financement agricole et rural est reconnue comme un élément essentiel dans la croissance économique et la réduction de la pauvreté pour le pays en général et en particulier pour les populations des milieux ruraux.Dans cette même optique, les populations ont besoin de différents types de crédits à savoir les prêts à court terme pour financer les campagnes agricoles et l’embouche bovine, et des prêts à plus long terme pour financer les biens d’équipement ou renouveler les moyens de production. Les prêts à moyen et long terme sont essentiels pour permettre une professionnalisation du secteur agricole et une adaptation du milieu rural aux nouvelles réalités et contraintes, telles que les changements climatiques, l’évolution des marchés mondiaux ou la lutte pour la souveraineté alimentaire. 


L’intervention des politiques publiques est d’une grande valeur

Pourtant, la majorité des prêts octroyés par les institutions de microfinance (IMF) sont des prêts à court terme, ce qui limite fortement la contribution de la microfinance au développement du monde rural. En se basant sur le contexte ouest-africain, la problématique d’investissement en milieu rural retient trois pistes prometteuses afin d’accroître le financement de ce secteur. Il y a  les potentialités des coopératives d’épargne et de crédit et les synergies possibles avec les politiques publiques.La première souligne les obstacles rencontrés par la microfinance  dans le financement du monde rural et particulièrement en termes d’octroi de prêts à l’investissement. Les IMF à statut coopératif étant très présentes en milieu rural, la deuxième aborde spécifiquement les potentialités de ces organisations et souligne les possibilités d’amélioration de leur offre de prêts à moyen et long terme. La troisième partie traite des interventions publiques et analyse les synergies possibles avec des acteurs du secteur de la microfinance pour répondre au problème du financement de l’investissement en milieu rural. Le forcement du développement rural peut également être renforcé par les coopératives d’épargne et de crédit en grande partie, parce que leur fonctionnement démocratique et  gestion participative  les rendent plus enclines à servir le monde rural que les autres IMF.
document sur les stratégies de développement des milieux ruraux Lu pour vous par Avit NDAYIRAGIJE

Ouvrir