Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

EMPLOI> Occupation des étudiants de l’Université du Burundi en dehors des cours

Une grande tranche de la population burundaise est composée par  la jeunesse. Parmi cette jeunesse, on trouve étudiants des universités comme l’université du Burundi. Certains étudiants cherchent des occupations après les cours car ils n’ont pas le même niveau de vie. Ils font cela pour gagner un peu d’argent afin de subvenir à leurs besoins dans le but de ne pas tendre la main à la emplois1famille.


Tous les étudiants de l’Université du Burundi n’y sont pas logés  car le nombre de chambres dont elle dispose  sont insuffisantes par rapport à l’effectif des étudiants. Et leur restauration coûte cher aussi bien pour  l’Université du Burundi  que pour le gouvernement. Les étudiants de l’Université du Burundi qui ne sont pas logés, sont eparpillés un peu partout dans différents quartiers de la municipalité de Bujumbura. Ces étudiants externes vivants dans les quartiers, parmi eux, il y en a qui mènent une vie difficile et défavorable pour leurs études. Quelques-uns parviennent à se créer de petits emplois pouvant les aider à subvenir à leurs besoins. La rédaction du quotidien Le Renouveau est passée dans le quartier Nyakabiga III dans la zone urbaine de Nyakabiga dans la commune Mukaza dans la municipalité de Bujumbura. Dans ce quartier, l’on y trouve beaucoup d’étudiants de l’Université du Burundi. Les étudiants interrogés ont fait savoir qu’ils vivent dans des conditions défavorables car les frais de bourse sont loin de couvrir   leurs besoins. Certains, surtout les filles s’occupent utilement en faisant la cuisine ou d’autres travaux ménagers. D’autres doivent créer de petits emplois pour subvenir à leurs besoins. Il y a parmi eux ceux qui exercent le petit commerce comme la vente d’unités de recharge téléphonique, la vente des savons et d’autres articles qui ne demandent pas de grand capital. L’on trouve aussi un autre groupe d’étudiants qui cherche un emploi des veilleurs de nuit. Même si c’est un travail dur pour un étudiant qui devrait passer une nuit à travailler et aller le matin en cours. M.Bizimana, étudiant de la faculté des sciences, a fait savoir que les étudiants devraient créer des activités génératrices de revenus dans le but de s’auto-développer et ne pas toujours tendre la main à la famille. 

                                                         
ELIANE RENILDE NDUWIMANA (STAGIAIRE)

Ouvrir