Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Editorial>

Le 1er mai de chaque année, le Burundi s’associe à toutes les autres nations du monde entier pour célébrer la Journée internationale du travail. Il s’agit d’une précieuse opportunité offerte à tous les travailleurs, ceux des pays développés comme ceux des pays en voie de développement, de faire un exercice d’auto-évaluation en fonction des objectifs à atteindre pendant une période précise. Au Burundi, les travailleurs ne peuvent en aucun cas échapper à la règle, sachant très bien qu’après le combat pour la paix et la démocratie est arrivé celui du développement. S’agissant du développement, les travailleurs burundais, en célébrant cette Journée qui est la leur, savent très bien qu’il existe, au Burundi, le Plan national de développement 2018-2027 officiellement lancé, souvenons-nous, le 23 août 2018 par le président de la République Pierre Nkurunziza, en attendant un autre plan devant être élaboré à partir de l’année 2022, pour nous conduire à l’horizon 2040. La voie étant ainsi tracée il revient au monde du travail burundais de mener victorieusement le combat du développement, comme cela a été le cas pour celui de la paix et de la démocratie, grâce à l’avènement au pouvoir du parti CNDD-FDD, à l’issue des élections démocratiques pluralistes de 2005. C’est, en effet, à partir de cette année que l’on peut aisément appeler année du retour de la paix et de la démocratie, que le Burundi est ce qu’il est aujourd’hui, c’est-à-dire un pays tourné vers son développement dans la paix, la sécurité et la démocratie. Aucun travailleur burundais, quelle que soit son appartenance politique affichée, n’oserait le nier. Nul ne peut, en effet, douter de la bonne foi du Gouvernement qui demeure obstinément attaché à l’idéal du développement que le peuple burundais appelle de tous ses vœux et ne demande, au fond, qu’une chose : celle de voir le Gouvernement y persévérer.

La célébration de la Journée internationale du travail intervient, quelques jours seulement après l’ouverture officielle de la campagne électorale nous menant tout droit aux élections démocratiques pluralistes du 20 mai prochain. Il s’agit de deux événements d’importance nationale au bon déroulement desquels les travailleurs œuvrant dans les différents secteurs de la vie nationale sont appelés à contribuer, pour que le moment venu, ils puissent pleinement jouir du résultat qui sortira des urnes après une campagne électorale menée conformément au code électorale et au décret présidentiel du 25 avril 2020, portant ouverture et organisation de la campagne électorale en question. Les travailleurs ne veulent entendre de la part des différents compétiteurs électoraux, que des propos qui les intéressent, comme ceux prononcés le 27 avril dernier,  à Bugendana, par le candidat du parti CNDD-FDD le Général Major Evariste Ndayishimiye. Il disait : « Laissons de côté tout ce qui nous divise, levons-nous comme un seul homme et travaillons main dans la main pour le développement de notre pays car ensemble tout est possible ».Célébrons la Journée internationale du travail en toute sérénité, en nous préparant dans la même sérénité au bon déroulement de l’échéance électorale en vue, tout en demeurant profondément attachés aux valeurs du travail, de nouveaux réflexes ayant surgi grâce aux travaux de développement communautaires.

 Louis Kamwenubusa

Ouvrir