Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

SECTEUR INFORMEL> Professionnalisation de petits emplois

Le  secteur informel constitue un autre piste pour lutter contre le chômage, surtout en développant et en professionnalisant les petits emplois.  Telle est l’affirmation du coordinateur de la société dénommée «Umwizigirwa services», Martin Ndihokubwayo, dans un entretien qu’il accordé, le mardi 28 avril 2020, à la rédaction du journal Le Renouveau.emplois


Au cours de cet entretien, M. Ndihokubwayo affirme que les droits de ceux qui font les petits emplois du secteur informel sont parfois bafoués par leurs employeurs. Il a donné l’exemple de ceux qui  exécutent des travaux  ménagers et parfois  renvoyés tard dans la nuit sans être payés. « Il y a ceux qui sont malmenés, battus ou qui subissent des traitements inhumains », a-t-il souligné. Selon notre interlocuteur, ces travailleurs ont un rôle à jouer dans le développement durable et intégral tant local que national.C’est pourquoi, selon notre interlocuteur, cette société s’est donné l’objectif de militer à la fois dans la lutte contre le chômage mais aussi dans la protection des droits des travailleurs domestiques.  « Ces travailleurs sont admis dans différents domaines de leurs choix et reçoivent des formations y relatives avant qu’ils commencent leurs travaux». C’est pourquoi, a ajouté M. Ndihokubwayo, il y a ceux qui optent pour les services comme celui de garde-malades, d’aide aux personnes âgées à leurs domiciles et les domestiques des maîtres cuisiniers qui travaillent dans des hôtels.Dans le but de lutter contre le vol commis par ces travailleurs domestiques, ceux qui sont accueillis doivent avoir au moins deux personnes de référence. Dans le but également de promouvoir les droits de  ceux qui exercent ces petits emplois du secteur informel. Si les employeurs refusent de verser les salaires à leurs domestiques, cette société se charge de tel dossiers en justice, cas échéants. M. Ndihokubwayo déplore malheureusement qu’il y a certains employeurs de ces domestiques qui abusent de leur pouvoir et les maltraitent. C’est pourquoi, a-t-il renchéri, même en cas de faute grave, aucun domestique ne doit pas être chassé de son travail après 15 heures.M. Ndihokubwayo a lancé un appel vibrant à ces domestiques d’adhérer dans des associations et aux chômeurs de ne pas croiser les bras en méprisant une quelconque activité. Aux personnes qui désirent des domestiques, il leur a recommandé de n’utiliser que ceux dont leur adresse est connue. 

                                                                                   
Moïse Nkurunziza

Ouvrir