Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Société> Les méfaits de l’alcool et de la drogue sur la jeunesse.

La consommation de la drogue par l'homme peut engendrer une dépendance physique ou psychologique. L'usage des drogues peut avoir des conséquences sur des perturbations physiques ou mentales. La consommation de la drogue est  un fléau qui décime la jeunesse d’aujourd’hui.


La consommation des drogues prend de plus en plus de l’ampleur, et les jeunes sont actuellement les plus touchés, ainsi que leurs familles. Selon les spécialistes, les causes de ce comportement sont multiples avec des conséquences désastreuses.Les principales causes socio-affectives qui peuvent expliquer la consommation de la drogue par l'adolescent sont : le sentiment d'abandon consécutif au divorce des parents, par-exemple ou associé à une dislocation familiale ; la difficulté de trouver un sens à sa vie et à la vie en général ; une volonté de transgression plus forte que l'interdit, parfois encouragée par un entourage trop systématiquement hostile à l'adolescent. Moins le jeune dispose en effet de moyen de construire ses propres repères, plus les risques de consommation de drogues ne sont pas grands.La rédaction du journal « Le Renouveau » s’est entretenue le mardi 28 avril 2020  avec un jeune qui prenait  de la drogue mais qui a voulu garder l’anonymat. « Les conséquences négatives sont nombreuses. Quand je ne prenais pas de la drogue, je devenais malade. Sur mon corps, des boutons apparaissaient, je me sentais très faible et la diarrhée m’attaquait. Dans la société, on est pointé du doigt, discriminé, parfois on commet du vol pour se procurer ces produits. Je pense souvent à abandonner la drogue mais c’est toujours difficile», témoigne t-il.« La consommation de drogue chez un adolescent est avant tout un signe de détresse et qu'il convient donc de ne pas le culpabiliser. C'est au contraire le moment pour les parents de rétablir le contact quand celui-ci a été interrompu, de proposer des projets et de fixer de nouvelles règles qui confirment l'autorité parentale. Quelques parents abandonnent leurs enfants au lieu de les accompagner dans ce moment du déspoir. Il serait aussi mieux de les aider à consulter un médecin ou un psychologue », conseille t-il.


GRACE NIYONZIMA (stagiaire)

Ouvrir