Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE> Réunion du cabinet civil du chef de l’Etat avec les gouverneurs de province

Le président de la république du Burundi, Pierre Nkurunziza via son cabinet civil, a convié le vendredi, 27 mars 2020,  les gouverneurs de toutes les provinces du pays ainsi que les représentants des universités publiques et privées du Burundi à une réunion dont l’objet consistait à recevoir le rapport qui a été fait par la commission nationale chargée de baptiser, débaptiser et rebaptiser les différentes infrastructures au Burundi.politique

Après la réunion, Jean-Claude Karerwa,  porte-parole du chef de l’Etat burundais, en même temps président de la commission nationale chargée de baptiser, débaptiser et rebaptiser les différentes infrastructures au Burundi, a d’abord informé  les participants que cette commission a été mise en place à la suite du message à la nation du chef de l’Etat burundais, lors de la célébration du 57e anniversaire de l’indépendance du Burundi.  M. Karerwa a ensuite rappelé que le chef de l’Etat burundais à instruit cette commission d’inventorier  certaines  personnalités qui ont honoré le Burundi pour qu’elles soient honorées afin que les générations futures du pays  puissent trouver en elles des exemples à suivre.Revenant sur l’article 18 de la Constitution de la république du Burundi, M. Karewa, président de cette commission, a indiqué qu’il est précisé que le gouvernement ou un régime a toujours une mission de réconcilier et d’unir les Burundais. « Donc, tous les noms qui seront choisis pour baptiser et rebaptiser les différentes infrastructures publiques, telles que les routes, les avenues, les boulevards, les ponts, les stades et les différents bâtiments, seront des noms qui réconcilient et qui unissent les Burundais », a promis M. Karerwa. Ce dernier affirme que tout cela se fera pour que le Burundi de demain ne tombe pas dans les erreurs du passé, car il ne faut pas, par complaisance donner à nos infrastructures des noms tendancieux ou qui n’aident en rien nos générations montantes.

« Nous sommes conscients de l’impact positif de cette activité sur l’éducation et le patriotisme »

M. Karerwa a  également affirmé que ladite commission est consciente de l’impact sur l’éducation et le patriotisme qui peut résulter d’une simple baptisation des infrastructures. En définitive, il a signalé que ce travail de baptiser et rebaptiser les différentes infrastructures publiques  revêt un caractère hautement citoyen et civique,  dans le sens où il honore les illustres disparus, et dans le sens où il les rend immortels. « Cela va donner encore une leçon aux générations montantes qui auront directement des repères, des références  et des modèles à suivre. Et les différentes familles de ces illustres se sentiront également rehaussées par cet acte », a-t-il mentionné.

« Les pays étrangers véritables amis du Burundi auront leur part dans ces appellations »

Le président de cette commission a signalé qu’à travers les contributions des participants, il a été recommandé que les pays étrangers qui ont manifesté un soutien ardent et indéfectible au peuple burundais et au Burundi aient leur part dans ces appellations.  A cela, M. Karerwa a promis que certains pays, véritables amis du Burundi, vont effectivement avoir des places ou des infrastructures qui leur seront dédiées. M. Karerwa a terminé en informant le public tant national qu’international que d’ici le 1er juillet de cette année, beaucoup d’avenues, de boulevards, de stades, des ponts et autres infrastructures publiques vont porter des noms de ces illustres disparus, sans oublier certaines légendes vivantes ici au Burundi qui pourraient être des modèles à suivre dans le futur.

Avit Ndayiragije

Ouvrir