Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Editorial>

Le mot coronavirus est sur toutes les bouches, ici et là à travers toute la planète. C’est, malheureusement, la maladie à cornavirus qui fait la Une de l’actualité mondiale, tous les pays sans exception, les plus avancés comme les moins avancés demeurant sur le qui-vive. Grâce aux autorités sanitaires chinoises qui, de par leur compétence mondialement reconnue, ont su déceler le virus dès son apparition, puis d’en informer rapidement le monde entier, tous les pays de la planète ont pris des mesures préventives, toujours convaincus de la signification du vieil adage qui dit que « Prévenir vaut mieux que guérir ». Sous la haute direction du Président chinois Xi-Jinping, le Gouvernement et tout le peuple chinois se sont, dès l’apparition du virus, fermement engagés dans une mobilisation sans précédent, offrant ainsi au monde une excellente voie à suivre, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) y apportant toute sa bénédiction. A l’heure qu’il est, il est question d’une vaste mobilisation mondiale salutaire, synonyme d’une démarche victorieuse contre le coronavirus dont on peut s’autoriser de dire que ses jours sont comptés, grâce  justement à cette vaste mobilisation planétaire et à la volonté partagée des Etats du monde de mettre le coronavirus hors d’état de nuire.

Qu’en est-il au Burundi ? Au cours d’une émission publique animée, il y a une semaine, au chef-lieu de la province de Cibitoke, par les porte-parole des différentes institutions de l’Etat burundais, Jean-Claude Karerwa Ndenzako porte-parole du Président de la République Pierre Nkurunziza, était porteur d’un message présidentiel dans lequel le Chef de l’Etat demande vivement au peuple burundais de respecter strictement toutes les mesures préventives recommandées par les autorités sanitaires burundaises, en nous conseillant d’y apporter tout notre appui, car s’agissant des mesures éminemment salutaires exigeant impérieusement le nécessaire apport de tous et de chacun. Comme on peut heureusement l’observer ici et là à l’entrée des bâtiments publics et privés, des mesures se rapportant notamment à l’hygiène ont été prises en réponse à ce qui doit être fait pour se prémunir contre le corona-virus.  De même qu’ont été prises des mesures concernant les mouvement d’aller et de venir des personnes, sans oublier la mise en quarantaine et le suivi médical des gens arrivés sur le sol burundais quand cela leur était encore autorisé. D’autres mesures ayant toutes l’objectif de prévenir pour guérir ont été prises, la population ne faisant qu’y répondre favorablement, ne plus se saluer en se serrant les mains ou en s’embrassant ayant déjà marqué son vécu quotidien.  Au Burundi où aucun cas de coronavirus n’est signalé, il est largement question de prévention, de mobilisation et de vigilance en se conformant aux recommandations et autres décisions des autorités sanitaires burundaises et de l’Organisation mondiale de la santé, dont les efforts déployés jusqu’ici autorisent tous les espoirs,  sans oublier la République populaire de Chine qui s’emploie activement à l’éradication de la maladie sur le plan national et international.Demeurons donc vigilants et mobilisés face à la maladie à coronavirus, tout en évitant d’être victimes des rumeurs les plus  folles propagées à propos de la pandémie. S’il y a un nouveau virus qui vient de voir le jour, c’est bien le virus des rumeurs se répandant d’ici là-bas avec la vitesse qu’on leur reconnaît. Nous avons nos sources émanant des seuls services en charge de la santé. A nous de les écouter et de n’écouter que celles-là. 

   LOUIS KAMWENUBUSA

Ouvrir