Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Presidence de la Republique> Conférence de presse

La Commission spéciale ad hoc chargée de suivre les dossiers clés et sensibles pendant la période électorale a tenu, le jeudi 26 mars 2020, une conférence de presse. Le but était d’informer le public qu’un numéro vert a été mis en place, pour dénoncer les cas de malversations économiques pendant la période pré-électorale  et électorale.coference1

Dans son mot liminaire, le président de la Commission spéciale ad hoc chargée de suivre les dossiers clés et sensibles pendant la période pré-électorale et électorale, Elysée Ndaye, a fait savoir qu’au Burundi, il a été constaté que pendant ladite période, certains responsables affichent un comportement anormal, de nature à ternir l’image administrative publique en violation de la loi ou se livrent à des actes de malversations, au niveau central des établissements publics, des administrations personnalisées, des sociétés publiques ou des administrations communales. M. Ndaye a indiqué que lorsqu’il est connu que les élections vont aboutir à l’investiture d’un nouveau président de la République, ces faits prennent une ampleur importante et peuvent toucher plusieurs domaines. Il a cité, entre autres domaines, l’administration, le domaine foncier, celui des finances publiques, celui des marchés publics, celui de la justice, celui des impôts et taxes, celui de  l’environnement et celui des minerais.

 Un numéro vert est mis en place pour dénoncer les cas de malversations

M. Ndaye a précisé que, pour pallier ce phénomène, le  président de la République a mis sur pied, par un décret présidentiel, une Commission spéciale ad hoc chargée de suivre les dossiers clés et sensibles pendant la période pré-électorale et électorale. Ladite Commission est aussi  chargée, non seulement de rechercher, collecter et fournir l’information nécessaire, sur tout comportement anormal de nature à ternir l’image de l’administration publique, de recueillir toutes les informations sur les cas de malversations ou d’abus et donner rapport au cabinet du président de la République pour décision, mais aussi de collecter, recouper et transmettre les cas de dénonciations reçues via le numéro vert ou par d’autres moyens. Il a précisé que cette Commission est à l’œuvre depuis le 26 décembre 2019. Et, différents dossiers sont en train d’être analysés.Pour une mise en œuvre de ces tâches, les dénonciateurs peuvent contacter les membres de ladite Commission, sur le numéro vert 300 ou sur le numéro whatsapp 68 29 56 25. Il a toutefois demandé aux dénonciateurs de donner des informations fiables et non des rumeurs, car la Commission va procéder à ses propres vérifications. Il a signalé que le dénonciateur qui fournira une information permettant de protéger les biens de l’Etat pourra percevoir un intéressement, tandis que le propagateur de rumeurs sera traduit en justice.M. Ndaye a enfin fait remarquer que ladite Commission ne vient pas pour remplacer d’autres services publics qui sont normalement chargés de lutter contre les malversations. Ces derniers restent toujours fonctionnels.

ROSE MPEKERIMANA

Ouvrir