Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

PRODUITS D’HYGIENE> Les prix des produits de prévention du coronavirus

Au moment où la population fait tout son possible pour protéger de la contamination au coronavirus en achetant des produits d’hygiène surtout ceux utilisés pour le lavage des mains, le constat est qu’il y a des commerçants qui profitent de la situation en revoyant à la hausse le prix de ces produits. sceau

La rédaction du journal Le Renouveau a effectué, le jeudi 26 mars 2020, une visite au marché « Bujumbura city market » pour s’enquérir de l’état des lieux des prix de certains  produits d’hygiène pendant cette période où la demande est élevée. Elle a constaté que  les prix de ces produits varient en fonction de la quantité du contenu et qu’ils ont sensiblement monté.Sur les points de vente que la rédaction a visités, un seau de 10 litres avec un robinet coûte actuellement seize mille francs Bu alors qu’il était vendu à quatre mille francs Bu avant la mesure invitant la population à se laver régulièrement les mains. Un seau de 20 litres est vendu entre dix-sept mille et vingt-deux mille Francs Bu. Un seau de 30 litres équipé d’un robinet coûte 35 mille francs Bu. Un petit fût de 70 litres avec robinet coûte 50 mille et sans robinet, il est vendu à trente cinq-mille francs Bu.  Pour un fût de 100 litres, il est vendu à soixante-dix mille tandis qu’il est vendu à cinquante mille francs Bu sans robinet. Cette hausse de prix s’observe également pour les  savons liquides utilisés pour laver les mains. Il est passé par exemple de deux mille cinq cents francs Bu à quatre mille francs Bu. La rédaction du journal s’est entretenue avec certains commerçants trouvés sur place sur la raison de la hausse de ces prix. Ces derniers précisent que les robinets qu’on met sur ces récipients coûtent actuellement très cher et ne sont pas disponibles en quantité suffisante sur le marché.  Les clients trouvent que même s’il y a la rareté de  ces robinets sur le marché, il y a également des spéculations de la part des commerçants.  Rappelons que, dans une réunion que le maire de la ville de Bujumbura a tenue le mardi 24 mars 2020 à l’endroit des  médias, des organisations des jeunes entrepreneurs ainsi que des artistes, il avait  fait un clin d’œil aux commerçants en les invitant à appliquer les prix qui sont connus et édictés par la loi.

Emelyne Iradukunda

Ouvrir