Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

ECOFO KAMENGE II> La cohabitation entre collègues à la veille des élections

Les enseignants proviennent de différents milieux, de différents partis politiques, et de confessions religieuses différentes. À l’Ecofo Kamenge II, la cohabitation est pacifique. Les enseignants collaborent et communiquent très bien dans leurs diversité. A la veille des élections, un entretien avec Dominique Seseka, directeur de cette école nous en dit plus. 


Certains enseignants se retrouvent redéployés dans des endroits où ils doivent s’adapter et cohabiter avec leurs collègues malgré leurs diversité. A l’Ecofo Kamenge II, les conflits sont résolus pacifiquement. C’est le cas de deux enseignantes dont le conflit qui les opposait a été discipé grâce à la médiation du directeur d’école. En effet, une des enseignantes avait refusé que son enfant étudie dans la classe tenue par sa collègue. Elle a donc  préféré prendre ses enfants et les faire inscrire dans une autre école.  L’autre enseignantes s’est plainte auprès  du directeur. Mais pour que cela ne se reproduise plus, pour qu’il n’y ait plus à l’école ce genre de problème, le directeur a privilégié le dialogue et la concertation. Il a dû confronter les deux enseignantes avec comme témoins d’autres collègues et, il a pu dissiper les querelles non fondées. Il a profité de cette occasion pour appeler tous les enseignants à en tirer une leçon. En effet, la zone Kamenge a toujours été un endroit où différentes ethnies et appartenances politiques cohabitaient pacifiquement, dit M. Seseka. Les enseignants ont expliqué que cela les a rassurés malgré les préjugés qu’ils avaient  avant d’accepter d’être redéployés à cet endroit. «  On recommande aux enseignants de mettre en avant le travail dans la colaboration selon la devise de l’école : « entente, collaboration et travail». Pour lui,  il faudrait appliquer la politique pédagogique. A cette école, le directeur rassure que l’on travaille dans une bonne ambiance. Il n’y a pas de discrimination quelconque que ce soit en rapport avec l’appartenance politique, ethnique ou religieuse. A la veille des élections, le directeur conseille aux enseignants de considérer le milieu scolaire comme un milieu apolitique. « Je n’accepte pas qu’ils fassent des meetings à l’école pour qu’il n’y ait pas de  climat malsain. Il y a des endroits réservés pour cela. L’école doit être un milieu paisible pour que les enfants évoluent  dans un climat sain. Les enseignants sont aussi des parents et ils sont  là pour se compléter mutuellement» précise M. Seseka.

Blandine Niyongere

Ouvrir