Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

COMMENTAIRE >

Les chrétiens du monde entier entreront, à partir de dimanche prochain, dans la cinquième semaine du Carême. C’est dire que nous nous avançons sûrement vers la célébration de la fête de Pâques ou fête de la Résurrection du Christ intervenant 40 jours après le début du Carême, ce temps de prière, de méditation, de pénitence et de solidarité. Quand on dit solidarité, on ne peut s’empêcher de se demander ce qui, en temps de Carême, est en train d’être fait ou a été déjà fait en direction des personnes vivant dans le besoin et autres personnes en situation de souffrances diverses. Nous pensons, à titre illustratif, à la paroisse Kanyosha et à ses fidèles qui, du 16 au 21 mars 2020, se sont joints aux autres chrétiens pour venir en aide aux pauvres et autres personnes vulnérables en collectant des vivres, du savon, du sel, de l’argent, etc. Il s’agit d’une initiative salutaire mettant en évidence cette valeur qui s’appelle solidarité et qui devrait être mise à l’honneur, particulièrement en ce temps de Carême. C’est effectivement pendant cette période, plus qu’ailleurs, que des actes charitables divers méritent d’être posés en direction de nos semblables à l’écoute desquels nous devrions demeurer attentifs, car ne pouvant pas vivre humainement sans nous. En parlant de solidarité, nous pensons également à titre illustratif, à la coopérative pour la valorisation du sol (Vaso Abakutsakivi) qui, le dimanche 22 mars 2020, a organisé une journée dédiée à la solidarité qui a permis la distribution de 20 kg de riz et de 12 kg de haricot aux différents ménages vulnérables choisis dans les treize zones de la municipalité de Bujumbura. Les deux initiatives, celle de la paroisse Kanyosha et celle de la coopérative Vaso ainsi que bien d’autres, constituent un excellent modèle à suivre à travers tout le pays où les personnes en situation de nécessité créées comme nous à l’image de Dieu, nous tendent les bras, cherchant de quoi manger, de quoi se vêtir et où se loger. 

C’est en agissant solidairement avec celles ou ceux se trouvant dans le besoin, que nous répondrons bien en célébrant la fête de Pâques, à cette question : Qu’ai-je fait d’urgent, d’important et d’intéressant pendant le Carême ? C’est en trouvant de quoi répondre que nous célébrerons de façon spirituellement méritée la fête de la Résurrection du Christ qui nous demande de demeurer sensibles aux souffrances de nos semblables. Les biens dont nous pouvons jouir en ce monde nous ayant été grâcieusement donnés par le Très Haut, sachons bien les utiliser en permettant aux autres d’en tirer profit de façon humaine et chrétienne. C’est ainsi qu’après la mort, nous serons heureux d’entendre le Christ ressuscité nous dire: Entrez dans le Royaume des cieux parce que vous le méritez bien.  Vivons donc unis et solidaires, la Parole de Dieu devant nous donner force et inspiration, particulièrement en ce temps de Carême qui nous appelle à méditer profondément sur ce que nous devons être, les valeurs humaines et chrétiennes dont celle de la solidarité éclairant notre vie de tous les jours. C’est ainsi que l’égoïsme des Hommes pourra progressivement céder la place à un esprit de partage, de respect et de compréhension de l’autre, victime des mauvais aléas de la vie. 

 Pascaline Biduda                             

Ouvrir