Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

drogues> Les conséquences de leur consommation

La consommation des drogues est une réalité chez les jeunes. Les causes sont diversifiées et les conséquences sont multiples.  Elle  peut provoquer diverses maladies dont le trouble mental, les cancers, l’hypertension et la dépression d’où il vaut mieux se prévenir.

La drogue peut être définie comme toute substance qu’on consomme qui modifie la manière de percevoir les choses, de ressentir les émotions, de penser et de se comporter. Les principales causes de la consommation des drogues  sont notamment  les conflits sociaux, les problèmes familiaux, le chômage, les échecs de la vie,

drogues4

 

la déception et l’augmentation des stupéfiants dans le pays.Lydia Raissa Ihorimbere, est médecin consultant au sein de l’association, Action pour la lutte contre la malaria (Aluma), qui est également propriétaire du Centre de désintoxication et d’accompagnement psycho-social des personnes atteintes de pathologie, comme la toxicomanie ou autre. Selon elle,  consommation des drogues est une réalité chez les jeunes et a des conséquences néfastes sur la santé de ces derniers. Mme Ihorimbere a précisé que la consommation des drogues peut provoquer plusieurs maladies dont le trouble mental, les cancers, l’hypertension, la dépression. Chez la femme, elle peut mettre au monde un enfant prématuré ou qui présente des malformations. Pour ceux qui utilisent les drogues injectables, ils sont exposés au VIH-sida et à l’hépatite. Elle a souligné qu’il vaut mieux se prévenir et pour ceux qui en ont déjà consommé ; elle les invite à consulter les médecins. Espoir Uwase, psychologue à ce centre, a, quant à lui, précisé     que la prise de drogues présente également des conséquences sociales comme les conflits dans les familles puisqu’il y a toujours des mésententes et des querelles entre les membres de la famille. Il y a également  les conflits communautaires car, un consommateur des drogues adopte de mauvais comportement dans l’entourage. M. Uwase ajoute qu’un usager des drogues est souvent rejeté par sa famille et stigmatisé. Il a parlé également  du trouble mental, de l’abandon  ou de l’échec scolaire ainsi que de l’abus sexuel. 

Dans la prise en charge, on fait face à de nombreux défis

Dans la prise en charge des consommateurs de drogues, Séraphine Niyuhire qui est également psychologue à ce centre, a précisé qu’on fait face à de nombreux défis. Elle a fait savoir que la plupart des patients vivent dans la rue, les uns sont rejetés par leurs familles respectives et les autres sont sans abri. Elle a également souligné que la prolifération des stupéfiants sur le territoire burundais est un défi. « Au niveau du pays, il y a très peu de centre d’accueil, d’écoute et d’accompagnement de ces toxicomanes.  Les consommateurs des drogues sont discriminés et pointés du doigt. Donc, quand un preneur de drogue décide d’arrêter ce mauvais comportement et qu’il est toujours pointé du doigt, il peut être récidiviste », a ajouté Mme Niyuhire.Elle a terminé en recommandant au gouvernement de tout faire pour éradiquer le commerce des stupéfiants et de multiplier les centres de désintoxication.  Aux parents, Mme Niyuhire recommande de comprendre le problème de leurs enfants, de les accueillir et de les accompagner au lieu de les rejeter. Et à la communauté de ne pas stigmatiser ni pointer du doigt les consommateurs des stupéfiants. 

 Emelyne Iradukunda

Ouvrir