Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

ZONE KAMENGE>Construction anarchique des conduites d’évacuation des eaux uséesZONE KAMENGE>Construction anarchique des conduites d’évacuation des eaux usées

Alors que les eaux des pluies menacent certains ménages des quartiers Mirango I et II de la zone Kamenge, les propriétaires des maisons cherchent les moyens pour limiter les dégâts par des canalisations. Cependant, la manière de le faire risque de créer un autre incident pire que le premier surtout qu’elle menace les passages publics et l’environnementmach


Dans les deux quartiers où le rédacteur du quotidien d’informations « Le Renouveau » s’est rendu le 19 mars 2020, nous avons constaté que dans certains ménages, les eaux polluées comme celles des salles de bains et cuisines qui sont généralement chargées de détergents, de graisses, de solvants et de débris organiques sont canalisées vers les passages publics. Cela constitue non seulement le danger à l’environnement mais aussi handicape la circulation locale car certains caniveaux sont orientés à ce qu’ils entrainent l’effondrement de la voie publique. Les habitants des quartiers Mirango I et II qui se sont exprimés sur ce cas ont déploré ce genre de comportement qu’ils ont qualifié d’antipatriotique. Ils ont affirmé que les canalisations vers les passages publics des eaux contenant des enzymes nuisibles à la santé de la population en général et très particulièrement celle des enfants qui s’amusent à patauger partout dans la boue est un véritable défi pour les habitants de la localité. 

Les auteurs ne sont pas épargnés des conséquences

En plus de la canalisation des eaux usées vers les passages publics, un autre cas observé consiste à faire dévier les eaux de ruissèlement pour protéger leurs maisons. Cependant  au lieu d’orienter les eaux jusqu’au caniveau principal, ils laissent les eaux se deverser dans les avenues, ce qui endommage ces dernières.  Pour les deux cas, les auteurs ne sont pas épargnés des conséquences. Dans l’ignorance de la prudence comme évoquée dans le proverbe français « Qui s’y frotte s’y pique », les conséquences frappent en premier lieu les auteurs. En effet, les résidus des déchets amassés par les eaux qui ruissèlent dans les avenues et sur les toits s’amassent enfin   aux alentours de la maison constituant ainsi un grand risque pour la santé des habitants. En outre, l’état de l’avenue inondée ne facilite pas aux véhicules du service d’assainissement d’accéder à l’endroit en  cas de besoin.

 FIACRE NIMBONA

Ouvrir