Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

ONU FEMME> Stratégie de communication

Dans le cadre de la mise en œuvre de son  programme de « lutte contre les violences faites aux femmes et aux    filles », l’Onu Femme a organisé un atelier  le vendredi 20 mars 2020, sur  la vulgarisation des recommandations faites lors d’une  expertise pour appuyer l’élaboration d’une stratégie de communication pour le changement en faveur de la masculinité positive.  Des actions doivent être menées à l’endroit des hommes pour qu’ils changent positivement et soient complémentaires à la femme.

femmeLa masculinité positive, c’est l’ensemble de comportements caractérisant l’homme favorable à la complémentarité avec la femme, selon le consultant Pierre Claver Seberege. Il y a un intérêt de changer mais les gens ne voient pas cet intérêt.Selon lui, cette étude se place dans le cadre de changement. « Il y a eu des textes dans le cadre national et international qui sont là, mais le constat est que toutes les actions qui ont été menées pour la promotion de la femme aboutissent à des résultats mitigés, car il a été constaté qu’il n’y a pas d’actions qui ont été menées pour que l’homme change, l’homme doit changer », poursuit-il. Le consultant a expliqué que l’étude veut promouvoir les valeurs positives de la société traditionnelle burundaise et les valeurs du comportement de l’homme vis-à-vis de la femme. Il a montré qu’il y a des proverbes rundi qui contribuent à freiner la femme à avancer tel que « Nta nkokokazi ibika isake ihari », « amazi make aheberwa impfizi » ( ce qui signifie littéealement: (la poule ne peut pas chanter en présence du coq, peu d’eau est réservée au taureau).  En revanche, d’autres montrent qu’il y a nécessité de complémentarité tel que « ishiga rimwe ntiryarika », M. Seberege a souligné que ce sont ces valeurs de la société burundaise, comme l’institution d’ubushingantahe, l’intégrité, l’équité ... qu’on veut promouvoir.  L’harmonie dans le foyer, ce n’est pas que l’homme domine la femme, mais qu’il y ait complémentarité entre l’homme et la femme, a-t-il dit.Pour que la masculinité positive puisse être une réalité au Burundi, M. Seberege a recommandé une éducation aux valeurs traditionnelles des enfants et qu’il y ait des hommes engagés dans la lutte contre la discrimination des femmes.

Aline Nshimirimana

Ouvrir