Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

jeunes adolescents >Consommation des drogues

La consommation des drogues chez les jeunes adolescents est due à diverses raisons. Cela peut entraîner des conséquences mentales, physiques et cognitives à court ou à long terme chez les jeunes adolescents  qui les consomment. C’est ce qu’a expliqué le directeur de la Clinique de l’éducation et de la psychothérapie, Alexis Ndayizigiye, le lundi 16 mars 2020 dans un entretien avec Le Renouveau.drogues

Les raisons qui poussent l’adolescent à consommer les drogues diffèrent d’une personne à l’autre. Les uns les consomment à cause de leur compagnie, les autres par curiosité ou encore par manque de suivi parental. Après avoir consommé ces drogues, ils  transgressent l’interdit, et défient l’autorité parentale, scolaire  ou sociale. Ils pensent qu’ils vont devenir populaires. Les drogues en soi peuvent  entraîner une sensation de détente, de bien-être, etc. et peuvent masquer  la fatigue.  En plus, ces drogues agissent sur le système nerveux de l’enfant comme stimulant, perturbateur ou dépresseur, a précisé le directeur de la clinique de l’éducation et de la psychothérapie, Alexis Ndayizigiye. Il a dit que la consommation élevée des drogues affecte  psychologiquement l’intelligence et le comportement de l’enfant. Il a ajouté que l’usage régulier et prolongé  des drogues peut entraîner des maladies comme le cancer, les maladies du foie, les maladies respiratoires, l’hypertension, les maladies cérébrales, etc.M. Ndayizigiye a indiqué que les jeunes adolescents qui consomment des stupéfiants de façon excessive auront tendance à augmenter ou à créer un réseau ou un nombre de partenaires sexuels plus élevés. « Certains jeunes adolescents et adolescentes toxicomanes que nous accompagnons dans notre clinique affirment avoir fait les premières relations sexuelles sous l’influence de l’alcool ou de drogues»,  a-t-il précisé. M. Ndayizigiye a dit qu’il y a une  forme de consommation des drogues à partir des injectables.  Dans ce cas, le risque d’attraper le VIH/sida et d’autres  maladies transmissibles est plus élevé. Il  a dit que la consommation des  drogues existe dans les milieux urbains comme dans les milieux ruraux. Il a terminé en faisant un clin d’œil aux autorités administratives et scolaires à faire face à ce fléau parce que c’est un problème  qui freine beaucoup le développement des jeunes.

Emelyne Gahimbare (stagiaire)

Ouvrir