Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

SOTAV EDEBU> Lamentations sur les cotisations obligatoires

Les conducteur de taxis vélos de la commune urbaine de Ntahangwa réunis au sein de l’association, Solidarité des taxis vélos pour le développement du Burundi (Sotavedebu) se lamentent sur le manque de transparence  dans la collecte et l’utilisation des fonds de leur association. Ils déplorent surtout le manque de réunions au sein de leur association. Le conseiller de cette association, Déo Manirakiza indique que ces plaintes ne sont pas fondées. Pour lui, chaque membre doit être régulier dans les cotisations pour avoir droit à l’assistance.akab3

Les conducteurs de taxis-vélos de la commune urbaine de Ntahangwa ont exprmé  leurs inquiétudes sur la collecte et l’utilisation des fonds de la Sotavedebu dont ils sont membres. D’après eux, l’objectif principal de cette association est de s’entraider. Or, ils regrettent le manque de transparence dans l’utilisation des fonds de leur association.Selon S.M et S.N, ils sont obligés de payer des cotisations de 100 FBu par jour à la Sotavedebu, mais ils ne voient pas l’importance de payer cet argent. Comme cette association avait été créée pour résoudre certains problèmes auxquels les conducteurs de  taxis-vélos font face, il devait y avoir la transparence dans l’utilisation des fonds de cette association qui devait intervenir en cas de difficulté survenue à un membre. Ils ont précisé que lorsqu’un conducteur de taxi-vélo tombe malade ou a un accident, il n’y a pas de soutient de la part de l’association. « Le conducteur de taxi-vélo doit se débrouiller lui-même », ont-t-ils précisé.Certains conducteurs de taxis-vélos ont également présenté leurs inquiétudes sur les reçus de paiement de leurs cotisations. Ils ont fait savoir qu’il arrive des cas où les collecteurs des cotisations donnent des reçus en photocopie. Ils se demandent comment la Sotavedebu parvient à contrôler la collecte de ces fonds. S. M et S. N ont fait savoir qu’il payaient à la mairie 2 000 FBu de stationnement, mais que les autorités de la mairie ont  décidé d’interrompre cela depuis le mois de septembre.

Le membre doit être régulier dans sescotisations pour avoir droit à l’assistance

Le conseiller de la Sotavedebu, M. Manirakiza a précisé que ces lamentations ne sont pas fondées. D’après lui, les réunions au sein de cette association sont organisées deux fois le mois avec les représentants de chaque parking. Cela se fait pour pouvoir rassembler tous les membres de la Sotavedebu du fait qu’ils sont toujours à la recherche de leur pain quotidien. « Les chefs des parkings rassemblent leurs doléances afin de nous les transmettre lors de ces réunions.», a-t-il dit. Les chefs des parkings doivent également organiser à leur tour des réunions à l’endroit des membres des parkings dont ils sont responsables. Pour les reçus, il a souligné que la Sotavedebu donne toujours des  originaux et pas des reçus en photocopie. M. Manirakiza a ajouté qu’en cas d’événement heureux ou malheureux, le membre doit passer par son chef de parking afin de vérifier d’abord s’il cotise régulièrement. L’association doit payer par exemple 30% au membre pour les soins. En cas de décès, elle se  charge de toutes les dépenses funéraires.Selon les conducteurs de taxis-vélos, la création de la Sotavedebu a permis de protéger les passagers et leurs biens contre les malfaiteurs qui se dissimulaient parmi eux dans le but de voler. Le conseiller de la Sotavedebu, M. Manirakiza a demandé aux conducteurs de taxis-vélos de traquer les collecteurs des cotisations qui présentent des reçus photocopies et de les présenter à la police.

 Julien Nzambimana

 

Ouvrir