Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

MINEAGRIE> Conférence de presse

Le ministère de l’environnement, de l’agriculture et de l’élevage (Minéagrie) a tenu, le mercredi 18 mars 2020, une conférence de presse en vue de porter à la connaissance du public l’état d’avancement des activités depuis la mise en place de l’office pour le développement du café du Burundi (Odeca).conference

Le ministre en charge de l’environnement, Déo-Guide Rurema a rappelé que l’Odeca a été mis en place par le décret présidentiel en date du 07 janvier 2020  Depuis la mise en place de l’Odeca, le ministre s’est réjoui du pas déjà franchi dans la conduite des activités de la filière café au cours de cette campagne 2020-2021. Parmi les activités déjà réalisées, il a cité la remise et reprise des stations de dépulpage-lavage entre l’Odeca et quatre Sogestal dont Mumirwa, Ngozi, Kirundo-Muyinga et Kirimiro. Cette activité a débuté au cours de la semaine du 3 février 2020. Soixante- onze (71) stations de dépulpage-lavage  et l’usine de déparchage et de conditionnement de Buterere ont fait objet de remise et reprise, et onze d’entre eux sont de la région Mumirwa,  31 dans la région de Kirimiro, 15 dans la région de Ngozi et 14 dans la région Kirundo-Muyinga.Le ministre en charge de l’agriculture a signalé que dans les localités où le café cerise a atteint la maturation, les sogestal de l’Odeca ont été ouvertes.  L’ouverture officielle de la campagne café a eu lieu à Buhayira dans la province de Cibitoke en date du 20 février 2020. Les sogestal de l’Odeca actuellement fonctionnelles sont au nombre de quinze. «Dans les Sogestal de Ngozi, les préparatifs sur terrain en rapport avec les tables, l’entretien de l’outil industriel sont en cours et le matériel nécessaire est en cours d’acheminement dès aujourd’hui et toutes les stations de cette zone seront ouvertes au plus tard le 25 mars 2020» a-t-il dit  . Il a également annoncé qu’il y a des sociétés des particuliers qui ont déjà manifesté la volonté de travailler et de payer les caféiculteurs moyennant dépôt à l’Odeca des garanties.Il a profité de cette occasion pour interpeller la population en général, l’administration, les forces de l’ordre, les instances judiciaires et tout un chacun impliqué dans le secteur café de travailler en étroite collaboration afin de juguler toute personne qui tenterait de vendre le café dans les pays limitrophes.

Aline Nshimirimana

Ouvrir