Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Rapatriement > La population de Ruziba s’exprime sur le retour des réfugiés

Depuis un bon bout de temps, il s’observe un mouvement de retour volontaire et massif des réfugiés burundais qui s’étaient exilés dans différents pays. La rédaction du quotidien « Le Renouveau » s’est entretenue avec les habitants de Ruziba, une zone urbaine de Kanyosha  de la commune Muha, pour s’enquérir de leurs impressions sur ce mouvement de retour des Burundais qui étaient en exil. Ils félicitent ces Burundais qui rentrent et invitent ceux qui restent dans les camps des réfugiés à regagner le bercail.


S’exprimant sur le mouvement de retour des réfugiés burundais, Dieudonné Nimbona, indique être satisfait de ce mouvement tout en indiquant que c’est grâce aux efforts du gouvernement du Burundi qui a su rétablir la paix et la sécurité sur tout le territoire national. « Cela a incité nos frères qui croupissaient dans les camps de réfugiés à rentrer au pays natal». M. Nimbona a invité ceux qui sont encore dans les camps de réfugiés à rentrer eux aussi car, a-t-il souligné, le pays appartient aux Burundais et il sera construit par eux-mêmes. « Il faut qu’ils comprennent la situation qui prévaut actuellement au Burundi et qu’ils n’écoutent pas les voies discordantes sur la situation qui y prévaut. Nous les encourageons plutôt à comprendre le message de paix qui est souvent lancé afin qu’ils  reviennent pour se joindre aux autres dans la construction de leur mère patrie ». De son côté, Gédéon Banderembako se réjouit de ce mouvement de retour des réfugiés. « Je suis content que ce processus de rapatriement soit enclenché et je souhaite qu’il ne s’arrête pas avant que tous les réfugiés ne se rapatrient ». Pour lui, c’est un mystère qu’il y ait des réfugiés qui rentrent à la veille des élections de 2020 alors que dans les années antérieures, à deux mois des élections, on observait un mouvement des gens qui fuyaient le pays. En définitive, pour que ce mouvement de retour soit durable, nos deux interlocuteurs trouvent qu’il faut sensibiliser la population à ne pas fuir le pays, à ne pas écouter les rumeurs et à continuer à faire asseoir un climat de paix, surtout en cette période des élections. Selon eux, il faut également continuer à sensibiliser les Burundais qui restent encore dans les camps des réfugiés afin qu’ils regagnent le pays eux-aussi car il n’y a aucune raison qu’ils y restent. 


Astere Nduwamungu

Ouvrir