Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Editorial>

Le ministère  de la  Communication et des médias, en étroite collaboration avec l’Unicef vient  d’organiser à Gitega, nouvelle  capitale politique, un atelier de renforcement des  capacités en communication pour le développement destiné aux  responsables des médias, aux  chargés de la communication dans  les différents ministères ainsi qu’aux partenaires du ministère organisateur de l’atelier. C’est le  ministre en charge de la communication et des médias Frédéric Nahimana qui a ouvert et présidé les travaux  s’y  rapportant, en invitant  les  participants « à partager une vision commune de la nécessité d’engager les communautés dans un processus de dialogue systématique pour les actions de développement contenues dans le Plan national de développement pour la période 2018-2027 ». En  organisant l’atelier  en question,  le ministère de la Communication et des médias est convaincu du nécessaire apport de tous  les acteurs du développement et de toute la population pour la mise en œuvre du Plan national de développement, les médias, quant à eux, s’engageant fermement à favoriser une communication au service du développement. Il s’agit d’une mission de haute importance ainsi  soulignée dans le Plan en question : « Le rôle de la presse et des médias en général est  capital pour un accompagnement efficace d’une dynamique de changement. Si tant est vrai que certains environnements sociologiques et comportements culturels sont plus favorables au développement que d’autres, il est nécessaire que l’information, l’éducation et la formation soient mises à contribution pour y arriver ». Cela va sans dire que les médias accompliront bien cette noble et louable mission de haute importance  patriotique grâce à une communication appropriée, la Stratégie nationale de communication servant  de point d’appui solide. Le ministère  de la  Communication et des médias, en étroite collaboration avec l’Unicef vient  d’organiser à Gitega, nouvelle  capitale politique, un atelier de renforcement des  capacités en communication pour le développement destiné aux  responsables des médias, aux  chargés de la communication dans  les différents ministères ainsi qu’aux partenaires du ministère organisateur de l’atelier. C’est le  ministre en charge de la communication et des médias Frédéric Nahimana qui a ouvert et présidé les travaux  s’y  rapportant, en invitant  les  participants « à partager une vision commune de la nécessité d’engager les communautés dans un processus de dialogue systématique pour les actions de développement contenues dans le Plan national de développement pour la période 2018-2027 ». En  organisant l’atelier  en question,  le ministère de la Communication et des médias est convaincu du nécessaire apport de tous  les acteurs du développement et de toute la population pour la mise en œuvre du Plan national de développement, les médias, quant à eux, s’engageant fermement à favoriser une communication au service du développement. Il s’agit d’une mission de haute importance ainsi  soulignée dans le Plan en question : « Le rôle de la presse et des médias en général est  capital pour un accompagnement efficace d’une dynamique de changement. Si tant est vrai que certains environnements sociologiques et comportements culturels sont plus favorables au développement que d’autres, il est nécessaire que l’information, l’éducation et la formation soient mises à contribution pour y arriver ». Cela va sans dire que les médias accompliront bien cette noble et louable mission de haute importance  patriotique grâce à une communication appropriée, la Stratégie nationale de communication servant  de point d’appui solide. Officiellement  lancé par le président  de la République Pierre Nkurunziza le 23 août 2018,  le Plan national de développement est un document de référence  d’une importance nationale vitale donnant les grandes orientations nous menant  vers un développement national intégral durable. Pour sa mise en œuvre, le Plan national de développement s’appuiera sur des plans stratégiques sectoriels de 5 ans à travers chaque ministère du Gouvernement burundais.  Comme l’a si clairement  indiqué le chef de l’Etat en lançant officiellement  le Plan en  question, il s’agit d’un nouveau combat auquel nous nous engageons fermement, un combat qui nous aidera à parvenir à une indépendance  véritable. C’est,  essentiellement pour cette raison, que le Plan va être traduit en Kirundi  pour que tous les Burundais le lisent, le comprennent et s’en approprient réellement et véritablement.Le combat pour la paix et la démocratie ayant  été  gagné, il ne reste que celui du développement intégral national  durable vers lequel nous tendons, et auquel le président de la République Pierre Nkurunziza nous invite à nous engager résolument. Il  s’agit d’un appel émanant  du Premier responsable de la Nation auquel personne, nous disons  bien personne, ne peut se dérober quelle que soit sa conscience politique affichée. Du  côté des médias, le renforcement des capacités en communication pour le développement est en train de gagner du terrain grâce aux ateliers s’y rapportant, comme celui de Gitega dont il est question dans le présent éditorial, et qui a été marqué par des échanges fructueux autorisant tous les espoirs de voir notamment les médias s’impliquer énergiquement  dans le nouveau  combat du développement.Préparons  donc tous ensemble l’avenir de notre pays, en  mettant en œuvre le Plan national de développement  2018-2027, grâce à une dynamique interne pour laquelle les médias s’investiront efficacement, par une communication au service du développement, dans  une vision commune de l’objectif à atteindre.

Louis Kamwenubusa

Ouvrir