Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

MACONNERIE> Une femme aide-maçon dans son travail quotidien

La maçonnerie est un travail qui demande, d’une part, une technique particulière et, d’autre part, une force accentuée. Malgré cela, une femme doit être capable de s’habituer  à exercer tout métier susceptible de lui procurer les moyens lui permettant de subvenir aux besoins de sa famille. C’est cela qui a poussé  quelques femmes à se lancer dans le travail d’aide-maçon. Elles ont préféré  donner leur contribution dans leurs foyers au lieu de rester à ne rien faire.jac 4

Avec l’infertilité et l’insuffisance des terres cultivables, la femme cultivatrice cherche toujours à s’organiser autrement pour compléter les ressources lui permettant de subvenir aux  besoins familiaux. Elle essaie de concilier les travaux domestiques avec d’autres activités génératrices de revenus. Sur certains chantiers de construction dans la municipalité de Bujumbura, il s’est manifesté un phénomène lié à des femmes aides-maçons qui travaillent de la même manière que les hommes.Rose Misago, une des femmes aide-maçons au quartier Gasekebuye, a indiqué que ce travail devient un métier bénéfique pour elle. Elle a précisé que la somme de   4 000 FBu qu’elle gagne par jour lui est satisfaisante. « Cette somme est  suffisante  pour moi. Quand je me rends dans les champs pour cultiver, on me donne           2 500 Frs durant les mêmes heures de service  que la prestation au chantier, a-t-elle précisé. Mme Misago a dit que  la récolte a toujours tendance à diminuer et la solution pour la femme cultivatrice  n’est pas de rester à la maison à ne rien faire, mais plutôt de travailler pour soutenir son époux.Francine Kwizera, jeune fille aide-maçon a dit être satisfaite de ce travail mais qu’elle souhaite être maçon pour  gagner une somme un peu élevée. « Mon rêve n’est pas de rester toujours aide-maçon, je veux devenir une maçon ultérieurement. Le métier de maçonnerie n’est pas réservé aux hommes seulement », a précisé Mlle Kwizera.Elles ont conseillé aux autres femmes de pratiquer n’importe quel métier afin d’éviter la pauvreté en famille.

 
Emelyne Gahimbare (stagiaire)

Ouvrir