Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

OBR> Réponse sur la grogne des commerçants des pagnes

Au marché de Kamange, les commerçants des pagnes d’origine congolaise se lamentent que les taxes imposées sur ces produits sont très élevées. Interrogé à ce sujet le lundi 2 mars 2020, le commissaire général de l’Office burundais des recettes (OBR), Audace Niyonzima a rassuré que les droits et taxes appliqués par cet office sont prévus par la loi.obr2


Les commerçants des pagnes au marché de Kamenge se plaignent que les taxes imposées à certains produits par l’OBR sont très élevées. Le nommé Habonimana a donné l’exemple sur les pagnes importés de la République démocratique du Congo, communément appelées Gashwashwa. « Si un pagne de cette catégorie s’achète à 4 dollars américains, l’OBR impose une taxe s’élevant à 12 dollars ».« Trop d’impôt tue l’impôt », disait l’économiste américain Arthur Laffer quand il voulait dire que l’augmentation des droits et douanes favorise la fraude. Cependant, le commissaire général de l’OBR, Audace Niyonzima réfute cette théorie. Il affirme que les taxes qui sont appliquées sont les droits et taxes prévus par la loi. « Ce n’est pas parce que ces droits et douanes sont élevés que les gens doivent se livrer à la fraude ». Il a indiqué également que si quelqu’un veut exercer du commerce, il doit accepter aussi de payer les droits et douanes prévus par la loi ; sinon, a-t-il renchéri, il faut abandonner cette activité. « En aucun cas, on ne peut pas justifier la fraude par les droits et taxes perçus », a-t-il martelé.Selon cette autorité, dès que ces taxes et droits sont prévus par la loi, on doit s’y soumettre au cas contraire, cela cause toujours une infraction que l’OBR a le devoir de sanctionner conformément à la loi.A la question de savoir s’il y a un plafond des taxes pour le dédouanement des marchandises quand elles sont achetées, M. Niyonzima a dit qu’il n’y en a pas car chaque article et chaque marchandise a ses droits et taxes qui sont appliqués. « Ce n’est pas de façon homogène », a-t-il conclu.

  Moise Nkurunziza

Ouvrir