Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

RN1> Endommagement sur le tronçon pont Nyabagere-rond point Iwabo w’abantu

Il ya bien des mois que la Route nationale numéro 1 sur le tronçon pont Nyabagere jusqu’au rond point dénommé «  Iwabo w’abantu » a connu un endommagement. Ce dernier est causé par la boue, du gravier et d’autres saletés  apportés par les eaux de pluie qui se déversent dans cette route. Les usagers de cette route tirent une sonnette d’alarme.nyabagere

La RN1 commence à être impraticable juste après le pont situé sur la rivière Nyabagere vers le rond point dénommé « Iwabo w’abantu ». A droite de cette route, l’on voit des gens qui essaient de curer le caniveau bouché qui servait à conduire l’eau des pluies qui y passait. Différents éléments en l’occurrence le sable, les cailloux, le gravier, la boue et des troncs d’arbres de palmier à huile y sont en quantité suffisante.Tous ces éléments sont apportés par des eaux de pluies tombées sur les collines qui surplombent la municipalité de Bujumbura. Ils s’entassent dans le caniveau et l’eau mélangée avec de la boue et du gravier manque où passer et se déverse dans la route. Les véhicules, les motos, les vélos se bousculent dans le petit passage sans boue qui reste tout en essayant d’éviter de passer dans la partie boueuse. Selon les gens rencontrés sur place en train de curer le caniveau, ils ont reçu la permission de la part de l’administration d’extraire le sable entassé dans ce caniveau et par la suite d’enlever d’autres éléments se trouvant dans ce caniveau qui empêchent l’eau de pluie de couler normalement. Ils vendent ce sable et gagnent ainsi de l’argent, ce qui leur permet de se procurer tout ce dont ils ont besoin. De l’autre côté, les habitants ont essayé de se protéger en entassant sur le bord de la route des sacs contenant du sable afin d’empêcher l’eau de se déverser dans leurs maisons.  Les usagers de cette route tirent une sonnette d’alarme tout en demandant aux autorités compétentes de penser à cette route. C’est un miroir du pays d’autant plus que le chef de l’Etat et les membres de son cabinetpassent par là pour se rendre à leurs lieux de travail. Les visiteurs qui se rendent au palais présidentiel passent eux-mêmes par là, d’où l’impérieuse nécessité de prendre des mesures visant à rendre praticable ce tronçon de la RN1.

Martin Karabagega

Ouvrir