Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Kanyosha> Activités génératrices de revenus

La rivière Kanyosha intéresse, d’une façon variée, certains  habitants de la localité, bien qu’elle constitue une menace pour  certains d’autres.  Du matin au soir, certaines gens, de tous âges et des deux sexes y exercent des activités génératrices de revenus. Les hommes sont essentiellement intéressés par l’extraction  du sable et du moellon, au moment où les femmes collectent les cailloux pour produire du gravier. Cette activité aide ces femmes à  satisfaire leurs besoins et à relever les économies de leurs ménages.gravier


Les femmes qui vivent près de la rivière Kanyosha ont su profiter de ce que leur offre cette rivière. Certaines de ces femmes n’éprouvent pas de problème de pauvreté dans leurs ménages. En effet, elles ont découvert les moyens pour gagner de l’argent. Ces femmes indiquent qu’elles collectent les cailloux chaque fois qu’elles trouvent du temps. Quand elles estiment que la quantité de cailloux est élevée, elles commencent le travail de les casser à l’aide d’un marteau pour produire du gravier. « Nous combattons pour produire le gravier d’une quantité pouvant remplir un camion benne qui est considéré comme unité de mesure lors de la vente. Ce n’est pas facile d’atteindre cette quantité, mais quand on poursuit un objectif, on ne se lasse pas », disent les femmes rencontrées sur les rives de la rivière Kanyosha, en train de casser les cailloux pour produire le gravier. Elles indiquent que le camion benne est vendu à cent trente mille francs burundais. Mais, elles doivent donner une commission aux personnes qui aident à trouver les clients. Selon elles, si telle ou telle autre n’accepte pas de donner cette commission qui varie entre vingt et trente mille, ses cailloux restent invendus. Ces femmes associent cette activité avec d’autres activités telles que le labour, le petit commerce, etc. C’est donc surtout les soirs qu’elles produisent ces cailloux. Elles disent que cette activité aide énormément dans les économies de leurs ménages. Elles affirment qu’elles n’éprouvent pas de difficultés dans la satisfaction de différents besoins de la famille. Certaines parmi elles se font aider par leurs enfants pendant les vacances ou en dehors des heures de classe, d’autres mentionnent que ce travail n’est pas fait pour les enfants.  Elles se disent satisfaites de cette activité qui ne demande que du temps mais qui fait toujours gagner de l’argent. 


Alfred Nimbona

Ouvrir