Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

SOCIETE> L’urgence dans les hôpitaux

Que ce soit dans les hôpitaux publics ou privés, le concept d’urgence n’est pas vécu.  Les patients rencontrés à certains hôpitaux tant publics que privés se lamentent. L’urgence n’est pas conçue comme une situation médicale urgente dans une institution qui devrait en tenir compte. Cela se manifestant dans le manque de matériel, la négligence du personnel en charge des urgences, les cautions à payer avant d’être admis à l’hospitalisation, etc.


A la question de savoir à quelle heure commence les urgences dans les hôpitaux, des médecins rencontrés sur place nous indiquent que les urgences n’ont pas d’heures spécifiques. En effet, ce qui dit cas d’urgence dit cas qui nécessite l’intervention rapide car le patient une fois non assisté risque de mourir par manque d’assistance. Dans plusieurs cas, les urgences sont traitées et les patients rentrent à la maison plus tôt que prévu. Par contre, dans certaines institutions sanitaires, les cas d’urgence sont traités comme d’autres cas non urgents. Au passage à un hôpital public, la rédaction du journal « Le Renouveau » a constaté que durant  les heures avancées de la nuit, les médecins sont introuvables ou absents pendant un moment. A certaines institutions, à 3heures du matin, le personnel des urgences présent n’est pas suffisant. Les patients doivent attendre qu’il fasse jour avant qu’un médecin se présente. Les cas les plus alarments sont ceux nécessitant l’accès à l’hospitalisation. Une caution doit être versée avant que le patient sévèrement malade soit admis à l’hôpital. Avant même qu’il n’ait accès à un lit, a certains hôpitaux, le patient doit d’abord verser une caution lui autorisant d’avoir accès aux soins à cet hôpital. Dans d’autres cas par contre, si l’on est programmé pour une opération, on a déjà accès à une admission dans l’hôpital et le lit est déjà réservé. Mais le comble est que parfois le manque de matériel handicape les activités à certains hôpitaux. Ainsi, on communique au patient qui attend une opération quelconque que l’opération est reportée. Dans d’autres cas, dans l’urgence même, le médicament qui doit être injecté au patient malade doit être apporté par ce dernier en provenance des pharmacies de l’extérieur. L’on assistera souvent à des querelles et plaintes entre le personnel des urgences et les garde-malades qui réclament à être assistés à certaines heures de la nuit.


Blandine Niyongere

Ouvrir