Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

MEDIA> La responsabilité des journalistes dans le processus électoral

Parler de la responsabilité sociale du journaliste en période électorale  revient à  faire un tour d’horizon  sur une série de principes qui régissent et conditionnent  le bon fonctionnement des médias au moment où le journaliste a le devoir d'éclairer le choix de l'électeur en mettant l'accent sur les programmes véhiculés par chaque candidat et doit également contribuer à la transparence du processus électoral et du scrutin lui-même. Cela a été dit par Claude Nkurunziza, journaliste à la Radio télévision nationale du Burundi (RTNB), dans sa présentation lors de la deuxième journée de l’atelier de formation des journalistes, le mercredi 4 mars 2020. 

MEDIA1
La responsabilité sociale du journaliste exige  que son intégrité professionnelle ne soit jamais mise en doute, a indiqué Claude Nkurunziza, dans sa communication. Cette exigence inclut non seulement le respect de la vie privée, le respect de la dignité des individus, le refus des méthodes déloyales, le refus de promouvoir des intérêts particuliers  contraires à l’intérêt général mais aussi l’interdiction de toute connivence et de toute compromission.En période électorale, le journaliste a donc le droit de parler de tous les partis et candidats, y compris les plus hostiles au gouvernement en place, et de tous les thèmes de campagne qu’il estime importants pour les citoyens et l’avenir de son pays.                                                                                                                                             Pour les milieux concernés par la liberté des médias, il n'y a pas de question plus épineuse que celle des propos haineux. Ce terme est généralement utilisé pour parler de haine nationale, raciale, religieuse ou autre. Au cours de cette période où règne une atmosphère émotive, de tels  propos  peuvent avoir pour effet d'inciter les personnes à la violence. L’un des principaux défis pour assurer une couverture médiatique équitable au cours d’une période de campagne électorale est le déséquilibre entre la couverture des représentants du gouvernement en place et celle des autres candidats et partis. En définitive, le métier de journaliste implique le refus de toute vénalité dans l’exercice de la profession ainsi que le refus de faire état de son influence professionnelle à d’autres fins que l’information et la formation de l’opinion publique. 

  Eric Mbazumutima

Ouvrir