Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Colline Kavumu> Etat des cultures comptant pour la saison culturale B

Etant en pleine saison culturale B, certaines cultures comptant pour cette dernière atteignent le niveau de sarclage dans certaines régions même s’il ya ceux qui sèment encore. De passage sur la colline Kavumu  de la zone Muyira, commune Kanyosha dans la province de Bujumbura, ce mercredi 4 mars 2020, la rédaction du quotidien Le Renouveau a vu les agriculteurs sarcler pendant que d’autres étaient en train de semer. Parmi ces derniers, ils espèrent une bonne récolte vu l’état actuel des cultures.haricot


En passant sur la colline Kavumu, l’on  voit de différentes jeunes cultures comptant pour la saison culturale B, mais celles du haricot est préponderante. Certains  cultivateurs sont en train de finaliser le semi. Mais il y a d’autres dont leurs cultures atteignent le niveau de sarclage et de tuteurage. La cultivatrice  rencontrée dans son champ Claudine Nzoyisaba en train de semer a fait savoir qu’elle finalise le semi  dans tous ses champs parce que, a-t-elle expliqué, « On ne peut pas espérer une bonne récolte du haricot si on a semé après la date du 15 mars ».  Mme Nzoyihaya  a aussi signalé qu’elle a aussi des champs qui atteignent le niveau de sarclage. Elle a aussi précisé que le retard d’enregistré dans le semi  est dû aux difficultés de trouver  les fertilisants et les semences. «Si je trouve quelques kilos de fertilisants et de semences, je semèrai immédiatement », fait savoir la cultivatrice Nzoyihaya.Quant à  l’état des cultures, les agriculteurs de la colline Kavumu espèrent une bonne récolte si le climat ne change pas.  Luc Niyonkuru, rencontré sur la même colline en train de sarcler son champ de haricot, a fait savoir que les premières cultures semées début février ont connu une forte pluie d’où leur état n’est pas du tout satisfaisant. Mais,  a ajouté que celles qui datent de mi-février ont un bon feuillage du fait que la pluie n’a pas été trop abondante.  Une bonne récolte  est alors attendue par ce dernier qui signale qu’il est actuellement satisfait de l’état de ses champs. Il ajoute  que le tuteurage  va suivre l’étape de sarclage.Cultivées ensemble avec les haricots dans certains champs, la culture de maïs est aussi de bonne qualité. Malgré son bon feuillage, M. Niyonkuru  exprime son inquiété sur la présence des rongeurs dans les champs de maïs. 


Eric Sabumukama

Ouvrir