Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Editorial>

Le 8 mars de chaque année, toutes les nations du monde célèbrent la Journée internationale de la femme qui, annuellement, vient rappeler aux peuples de la planète que la femme a tous les mérites d’être reconnue et dignement respectée dans tous ses droits fondamentaux. La femme jouit-elle pleinement de tous ses droits tels qu’énoncés dans la Déclaration  universelle des droits de l’Homme et dans les différentes lois nationales votées et promulguées, ici et là, à travers  la planète ? C’est sur cette importante question que nous devons porter toute notre attention, le 8 mars de chaque année, dont la célébration comporte toujours un thème central se rapportant, dans son contenu et dans sa portée, à cet événement d’importance nationale et  internationale.

Le 8 mars de cette année coïncidant avec le deuxième dimanche du Carême, la Journée internationale de la femme  sera célébrée, dans notre pays, le lundi 9 mars 2020 à Gitega, nouvelle capitale politique avec un thème central bien précis, comme cela a toujours été le cas les années antérieures. A l’occasion de la célébration de la Journée internationale de la femme édition 2020, le thème central choisi est le suivant : « Levons-nous tous pour la réalisation des droits de la femme ! ». Les mots de circonstance qui seront prononcés porteront essentiellement sur  ce thème qui indique clairement qu’il y a encore du  chemin à faire dans la concrétisation des droits féminins. Nos reporters sur terrain seront l’œil et l’oreille de tous ceux qui nous lisent, en collectant et en traitant de façon professionnelle ce qu’ils auront vu et entendu, la Journée internationale de la femme ayant toujours occupé une place de choix dans les médias écrits et audiovisuels.Nous savons tous, Africains, Européens, Américains et Asiatiques ce qu’est une mère sans laquelle l’avenir de toute société humaine serait compromis, la femme étant une richesse inestimable, assurant efficacement sa propre part de responsabilité et de participation dans la vie communautaire de la société. Que serions-nous devenus sans cette femme au foyer, cette femme aux mille corvées, cette femme s’occupant en mère de famille des crèches maternelles d’où jaillira le Burundi de demain ? Au foyer , à l’école et dans toute la société, la femme est toujours présente, apportant ce qu’elle a de meilleur en elle-même, pour participer sereinement et pleinement à l’effort de développement national. Ne pas reconnaître l’apport de la femme dans la construction de la société burundaise, c’est tout simplement nier son existence et cela ne peut en aucun cas être toléré.La Journée internationale de la femme arrive au moment où le peuple burundais se prépare sereinement aux prochaines élections démocratiques pluralistes attendues dès le 20 mai prochain, au bon déroulement desquelles la femme s’emploie activement, désireuse d’un avenir solidement bâti sur la paix et  la démocratie. Dès le 20 mai prochain, nombreuses seront les femmes à mettre leurs bulletins de vote dans l’urne, exerçant ainsi leur droit de voter. Ce droit figure parmi tant bien d’autres devant être légitimement reconnus à la femme dont les actes posés au foyer et au-delà, méritent tout notre respect et toute notre reconnaissance. Honneur et dignité lui soient toujours rendus !


LOUIS KAMWENUBUSA

Ouvrir