Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

JOURNEE INTERNATIONALE DE LA FEMME > Entretien avec des femmes exerçant le commerce ambulant au centre ville de Bujumbura

Le 8 mars de chaque année, le monde  entier  célèbre la Journée internationale dédiée à la femme. C’est dans ce cadre que la rédaction du journal Le Renouveau a recueilli les avis des femmes exerçant le commerce ambulant au centre ville de Bujumbura. Les unes trouvent que cette journée est très significative tandis que d’autres indiquent qu’elle ne signifie rien au moment où leurs droits sont souvent bafoués.

bujumbura
Selon une femme qui a gardé l’anonymat, la Journée internationale de la femme ne signifie rien pour elle au moment où ses droits sont souvent bafoués. Elle a ajouté qu’elle préfère exercer ce commerce au centre ville puisque c’est là où elle trouve des clients. Mais le problème est qu’elle ne travaille pas tranquillement puisque les vendeurs ambulants jouent toujours au  cash-cash avec les policiers. « Nous ne pouvons pas croiser les bras, nous sommes obligées de travailler pour faire vivre nos familles. Néanmoins, quand les policiers viennent, ils chambardent nos marchandises et au cas contraire, ils nous demandent de leur donner de l’argent sans nous délivrer de quittances attestant que nous avons payé l’amende » a-t-elle insisté. Toutefois, Consolatte Uwimana considère les choses autrement. Pour elle, la journée internationale de la femme est très significative.  « Grâce à cette Journée, les femmes ont été suffisamment sensibilisées à adhérer dans des associations, ce qui leur permet par la suite d’exercer des activités génératrices de revenus afin de s’auto-développer et développer leurs familles et le pays », a dit Mme Uwimana. Elle a précisé que cela a fait que plusieurs  femmes ont gagné la confiance et la considération de leurs maris et ne sont plus battues comme auparavant. Elle a ajouté qu’actuellement,  les femmes trouvent  de multiples occasions de dialoguer et de s’exprimer. Celle qui a un problème quelconque demande des conseils aux autres, et il y a également échange d’expériences. Avis partagés avec Jacqueline Manariyo, une femme veuve qui indique que même dans son entourage, les choses ont visiblement changé.Toutes les femmes qui se sont exprimées demandent le respect de leurs droits. Elles demandent aux femmes leaders de plaider pour elles.

 Emelyne Iradukunda

Ouvrir