Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

MILIEU RURAL> Les clubs culturels

Actuellement, il  y a éclosion des clubs culturels en milieu urbains comme en milieu rural. Ces derniers  sont appréciés positivement par la majorité dans les deux milieux.  En milieu rural,  une grande importance est accordée  à  ces clubs. Les gens rencontrés au chef-lieu de la commune Shombo, en province de Karusi, qui se sont entretenus avec la rédaction du quotidien le Renouveau ont révélé qu’ils apprécient positivement ces clubs vu leur influence positive chez  les jeunes membres. 

  clubs
Certains trouvent en ces clubs culturels une activité génératrice de revenus, d’autres y voient une occasion de divertissement loisir. Mais tous confirment la contribution incontournable de ces clubs dans l’amélioration de l’éducation des jeunes membres.Les membres de ces clubs précisent qu’il s’agit d’une activité génératrice de revenus mais aussi une occasion de partage des connaissances  en ce qui concerne la culture et les bonnes mœurs de la société burundaise. Innocent Niyonsaba, président d’un club de danses culturelles,  fait savoir qu’en plus de l’occupation des jeunes membres du club  pendant leur temps libre, cette activité leur génère également des revenus. Il explique aussi  que ce qui est appris au sein du club s’exécute lors des cérémonies de mariage ou de  dot  moyennant de l’argent.  Cet argent est  épargné et est utilisable  pour l’entraide sociale au sein des membres du club. « A la fin de  chaque année, nous faisons le partage équitable de  l’argent reçu entre tous les membres, mais nous gardons une petite somme dans la caisse pour  maintenir le bon fonctionnement du club », a ajouté  M. Niyonsaba. Il fait aussi  savoir que des séances destinées aux conseils  entre  les membres  du club sont préconisées, d’où l’amélioration de l’éducation chez les jeunes membres du club.L’appréciation de M. Niyonsaba ne s’écarte pas de celle de Remy Niyongere qui  signale que ses enfants sont membres des différents  clubs culturels. Celui-ci fait savoir que ces clubs  servent  d’occupation à ses enfants pendant leur période de détente.  Il témoigne qu’une amélioration de l’éducation a été  remarquable  juste après leur adhésion  dans ces clubs.  Libérate Nshimirimana, quant à elle, dit que ces clubs sont une occasion de loisir car, explique-t-elle, les chansons traditionnelles sont agréables à l’oreille.  En outre, a-t-elle ajouté, les jeunes membres des clubs culturels se distinguent dans l’entourage en ce qui concerne le bon comportement.

 
Eric Sabumukama

Ouvrir