Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

agriculture> Les escargots ravageurs des plantes

Actuellement, on observe qu’il y a de forte attaque de culture causée par les escargots. La première solution proposée pour lutter contre ces escargots est la lutte mécanique, c'est-à-dire le ramassage des escargots afin de les tuer. L’utilisation des produits chimiques doit intervenir en  dernier recours. escargots


Dans un  entretien avec Cyrille Mbonihankuye, le chef de service Valorisation des résultats de la recherche à l’Institut des sciences agronomiques du Burundi (Isabu) il indique que la prolifération de ces escargots va de paire avec l’atmosphère humide causée par les grandes pluviosités.  « Pour lutter contre ces escargots, dans les jours passés, on utilisait le savon en poudre Omo dilué dans de l’eau. Mais actuellement, on a constaté que ces escargots résistent. La première solution proposée est la lutte mécanique c'est-à-dire les ramasser  afin de les tuer. Une autre méthode meilleure que celle d’utiliser l’Omo consiste à utiliser du cendre mais il reste à faire des recherches pour déterminer la dose efficace de lutte contre ces escargots,» a dit M. Mbonihankuye.  Il a ajouté que si ces escargots continuent à résister,  il faut alors  recourir aux produits phytosanitaires  tels que les insecticides se trouvant sur le marché.  Ce traitement chimique est  efficace mais il faut toujours savoir à quelle  période il faut l’utiliser et quand arrêter le traitement. Pour les légumes par exemple, M. Mbonihankuye  a conseillé qu’il faut appliquer le dernier traitement deux semaines avant la récolte, c’est à dire 14 jours avant la récolte. Il a fait savoir que les études ont montré qu’il faut que ces produits phytosanitaires soient mis sur les cultures surtout les légumes, avant la période de rémanence, pour que ces produits puissent être éliminés sur la plante. La période de rémanence est de 14 jours. Sinon il y a risque des maladies cancérigènes surtout. Il a ajouté que  celui qui applique ces produits doit également porter des objets de protection. M. Mbonihankuye a signalé que, selon le constat, ces escargots ravagent les cultures de haricot, de niébé, de courges et d’amarantes. Il a terminé en  espérant  qu’avec l’avenue de la saison sèche, ces escargots vont disparaître.


Emelyne Iradukunda

Ouvrir