Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Province de Kirundo > Lancement des activités d’exploitation minière par le chef de l’Etat

En compagnie du ministre en charge des mines et carrières ainsi que de celui en charge des travaux publics et des transports, le président de la république du Burundi, Pierre Nkurunziza, a procédé, le mardi 3 mars 2020, au lancement officiel des activités d’exploitation des minerais en commune Ntega de la province de Kirundo. Ils seront exploités par la société Ntega mining Burundi. Il a invité la population à sauvegarder la paix et la sécurité pour la réussite de ces activités. 

president
Dans son discours de circonstance, le président de la République  s’est réjoui du fait que ces activités viennent d’être lancées au moment où règnent la paix et la sécurité dans tout le pays. Il a également remercié le Tout Puissant pour avoir doté le Burundi de beaucoup de merveilles dont les minerais. D’après le chef de l’Etat, le secteur minier est un secteur clé dans le développement du Burundi. Et de mettre en garde tous ceux qui s’adonnent à la fraude des minerais en leur enjoignant de couper cours avec ce comportement car, a-t-il ajouté, ils seront considérés comme des ennemis du pays, et des sanctions sévères seront prises à leur encontre sans pitié.  Parlant de l’exploitation illicite des minerais au Burundi, il a souligné que cela  date du temps des colons, en 1930. Les colons ont semé des divisions et des chicaneries entre les Burundais et ont profité de celles-ci pour piller les minerais dont regorge le Burundi. Ces colons ont pillé les minerais et ils n’ont jamais pensé à développer notre pays, a déploré le Guide suprême du patriotisme, tout en indiquant que n’eut été la présence des colons, le Burundi serait aujourd’hui plus avancé.  D’après le numéro Un burundais, dans les écoles, les colons ont enseigné aux  Burundais que leur pays est parmi les pays les plus pauvres au monde. « Mais Dieu merci, nous avons pu connaître la réalité et, aujourd’hui, nous avons compris qu’il faut gérer et exploiter nous-mêmes les richesses de notre pays, notamment les minerais ».

  Le secteur minier connait des avancéessignificatives

Parlant des avancées dans l’exploitation des minerais au Burundi, le chef de l’Etat a indiqué qu’en 2015, suite à la fraude qui gangrenait le secteur minier, le coltan de la commune Kabarore, en province de Kayanza, ne donnait qu’une president1production de quatre cents kilogrammes seulement par mois. « Mais après adanseurvoir lutté contre les fraudes, nous avons auhourd’hui une  production estimé à vingt tonnes par mois ». En 2014, les minerais du Burundi faisaient entrer dans les caisses de l’Etat une somme de dix millions de dollars américains par mois et, selon le chef de l’Etat, en 2019, on était arrivé à soixante-dix-huit millions de dollars américains, soit à peu près huit fois supérieur. « C'est-à-dire que si nous parvenons à bien gérer nos minerais, sans fraude, nous pourrons atteindre cent millions de dollars voire   plus». Le chef de l’Etat a indiqué que le site de Ntega compte deux millions et demi de tonnes de coltan, selon les études, et qu’ils seront exploités pendant douze ans. Et d’ajouter qu’à côté du capital de 15 % du gouvernement dans cette exploitation, la commune Ntega va bénéficier des travaux connexes à ce projet, notamment la construction de différentes infrastructures. Soit cinquante millions dollars américains par an.  Il a ainsi invité la population de la commune Ntega à suivre de près les activités d’exploitation de ces minerais et à être vigilante pour éviter qu’il y ait des fraudes. Il a terminé son discours en indiquant que le Burundi regorge de milliers et de  milliers de tonnes de minerais et a souhaité  que les jeunes burundais puissent embrasser les écoles qui dispensent des enseignements en rapport avec les minerais de telle sorte que, dans l’avenir,  ils puissent exploiter eux-mêmes ces minerais à la place des étrangers. Il a aussi invité la population de cette localité et tous les Burundais en général,  à sauvegarder  la paix et la sécurité pour que de tels travaux d’exploitation des minerais soient couronnés de succès car, a-t-il ajouté, à la moindre perturbation de la paix, les travaux vont être suspendus.

 
Les attentes du gouvernement

D’après le ministre en charge des mines, Côme Manirakiza, ces travaux d’exploitation tiennent compte des études de recherches de ces minerais dans les communes Ntega de la province de Kirundo et Marangara de la province de Ngozi. Il a également fait savoir qu’à côté de 15% de capital du gouvernement du Burundi dans ces travaux, le Burundi va aussi bénéficier des taxes et des impôts sur les revenus des ouvriers, des devises qui vont entrer dans les caisses de l’Etat, des travaux connexes à ces activités d’exploitation minière, etc. Il a aussi fait savoir que des indemnisations seront données en bonne et du  forme à la population dont leurs biens seront touchés par ces travaux, comme les propriétés, les maisons, etc. Quant au représentant de  la société Ntega mining Burundi dans ces cérémonies, il a remercié le gouvernement du Burundi pour avoir accordé le permis d’exploitation de ces minerais à cette société. Il a également salué la collaboration entre l’administration locale avec cette société. Il s’est ainsi engagé à tout faire pour que les accords signés entre le gouvernement du Burundi et Ntega mining Burundi soient mis en application dans leur intégralité. Il a, en outre, sollicité l’appui du gouvernement et de l’administration locale pour que la mise en application de ces accords soit effective. En définitive, les minerais qui seront exploités dans cette localité de Ntega sont: le Coltan, la Cassitérite et le Wolframite.

 Astere Nduwamungu

Ouvrir