Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Marche COTEBU> Panier de la ménagère

Ces derniers jours, on observe une hausse  des prix de certains fruits et légumes dans les marchés de Bujumbura. Cela est dû à différentes raisons que nous avons cherché à connaître en nous rendant le lundi 2 février 2020 au marché dit Cotebu.tomates pasteques


Les pastèques sont chers par rapport aux périodes antérieures. Une pastèque coûte entre             6 000 et 7 000 FBu alors qu’avant,  elle coûtait entre 4 000 et 5 000 FBu. Les vendeurs ont expliqué que cela est normal car pendant la période pluvieuse, ces fruits deviennent rares. Ils ont souligné  que pendant cette période, ils vendent des pastèques en provenance de la Tanzanie. «Les prix des pastèques doivent augmenter parce que  l’approvisionnement à l’extérieur du pays vers Bujumbura n’est pas facile », ont expliqué les vendeurs rencontrés sur place. Les prix des mangues  ont aussi grimpé car ce n’est pas leur période de  récolte. Un tas qu’on vendait  à                 5 000 FBu ces derniers temps, coûte actuellement  10 000 FBu.  Les oranges et les mandarines, quant à elles, ont vu leurs prix revus à la baisse   compte tenu de l’approche de la période de récolte.  Les avocats sont moins abondants au marché et leurs prix sont  en hausse Concernant les légumes, l’augmentation de prix se manifeste sur les amarantes, les tomates et les haricots verts. D’après les vendeurs,  la hausse des prix des amarantes  est due aux pluies abondantes. Ils ont également dit que les tomates sont noyées suite aux inondations  mais également que les entreprises de transformation des tomates deviennent de plus en plus nombreuses.

 
Emelyne  Gahimbare (stagiaire)

Ouvrir