Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

JOURNEE INTERNATIONALE DE LA FEMME > Préparatifs au marché Bujumbura city market

La Journée internationale de la femme édition 2020  se prépare comme les autres fêtes des années antérieures. Au marché Bujumbura city market communément appelé « chez Sion », les préparatifs vont beau train, les femmes achètent des pagnes. Elles se sont exprimées le vendredi 28 février 2020  sur la valeur ajoutée dans leurs associations et leur amitié.

PAGNES
Les femmes qui se regroupent dans différentes associations se préparent en conséquence pour célébrer la Journée du 8 mars 2020. La preuve en est qu’au marché appelé         « chez Sion », les pagnes s’achètent  en grandes quantité. Pour certaines femmes qui étaient en train d’acheter les pagnes, cette Journée est important du fait qu’elles auront l’occasion d’être ensemble pour échanger,  encore plus  pour partager la joie. Elles se réunissent par associations, par amitié et achètent des pagnes (Salle) qui vont constituer leur uniforme.  Pour elles, le fait de s’habiller le pagne de même couleur est un signe de la consolidation de  l’unité qu’elles ont entre elles. « Le port d’uniforme renforce l’amitié  et l’unité que nous avons les unes envers les autres », a indiqué une des femmes qui venait s’approvisionner en pagnes pour le compte de son association.Quant aux femmes vendeuses  des pagnes, cette fête est très  bénéfique pour elles parce qu’elles vendent plus que les autres jours. Nous vendons d’importantes quantités de pagnes par rapport aux autres jours », a dit une femme commerçante. Ces commerçantes disent qu’elles ne sont pas sensibilisées de façon particulière sur cette journée, raison pour laquelle  elles s’intéressent plus à l’argent qu’à cette journée.A part l’argent que ces femmes commerçantes gagnent en cette période, elles demandent que toutes les femmes burundaises soient sensibilisées.  Elles demandent aussi aux autres femmes de faire la commande des pagnes  chez les femmes commerçantes.    Signalons que les commerçantes des pagnes ont constaté que, malgré les préparatifs, les achats sont moins importants par rapport aux années passées.

Emelyne Gahimbare (stagiaire)

Ouvrir