Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Presidence de la Republique > Séance de moralisation à l’intention des professionnels des médias

Le président de la République du Burundi, Pierre Nkurunziza, a animé, le vendredi 28 février 2020, une séance de moralisation à l’intention des professionnels des  médias et quelques porte-parole des institutions de l’Etat, au chef lieu de

EP1

 la province

 de Ngozi. Il s’agissait d’une quatrième séance et le chef de l’Etat s’est réjoui du pas déjà franchi depuis le début de ces séances de moralisation.

  
A la sortie de cette rencontre, le porte-parole adjoint du chef de l’Etat, Alain Diomède Nzeyimana, a indiqué qu’il s’agissait de la quatrième fois que le président de la République rencontre les professionnels des médias dans une séance de moralisation. Il a indiqué qu’il est satisfait du pas franchi parce que depuis le début de ces séances de moralisation,  les journalistes ont amélioré leur façon de travailler. « Ils sont devenus plus professionnels et ils sont conscients que l’amour de la patrie n’est plus un rêve mais une  réalité ». D’après M. Nzeyimana, le chef de l’Etat a indiqué qu’il a terminé le premier chapitre concernant l’histoire du Burundi et qu’il vient de commencer un second chapitre sur ce que les Burundais sont aujourd’hui. Il a souligné que les Burundais sont ce que leurs parents leur ont légué.  « Tout ce que nous possédons nous l’héritons de Dieu, de nos ancêtres mais aussi de nos parents ». Et d’jouter que le premier parent c’est le Burundi car, un peu partout dans le monde, il n’y a aucune personne qui peut réclamer deux pays de naissance.  C'est-à-dire que les Burundais appartiennent au Burundi et qu’ils doiventEP2 l’aimer et le protége

EP

car de par la moralisation , il faut être sûr que l’avenir est certain. « Nous devons améliorer notre mode de vie mais aussi préparer un bon avenir pour nos fils et nos petits  fils ». Le chef de l’Etat a indiqué que quand on a un parent qui s’est bien comporté dans le passé et qui a préparé un bon avenir pour ses enfants, même après son départ, ceux-ci continuent à bénéficier du respect. Il a aussi souligné que les Burundais doivent protéger leur pays contre les manèges des colonisateurs qui veulent se substituer à leurs parents. Heureusement qu’ils ont compris que la situation a changé et à travers les travaux communautaires ou les initiatives privées, ils ont compris qu’ils doivent travailler  pour développer leur pays. 

 

Astere Nduwamungu

Ouvrir