Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

CULTURE> La poésie traditionnelle au Burundi

Dans la tradition burundaise, la poésie intervenait dans différents secteurs de la vie sociale et elle contribuait à plus d’un rôle. Hélas, actuellement, elle est rarement ajoutée à la liste des numéros culturels pour agrémenter les cérémonies. 

Les Burundais faisaient recours à la poésie pour venter la bravoure du poète lui-même ou d’un tiers, pour faire hommage aux grains qu’on pile, à la vache, à la baratte, au gibier ou pour bercer un enfant, etc. Il est distingué différentes sortes de poésie traditionnelle au Burundi. Les plus connues sont la poésie guerrière ou héroïque et la poésie pastorale. Cette dernière aidait le poète qui est notamment un berger gardant ses vaches, à dialoguer avec son troupeau, à vaincre la solitude ou à éloigner les bêtes sauvages qui pourraient s’attaquer à ce troupeau. Tandis que la poésie guerrière ventait surtout la bravoure du poète.Cet art qui était jadis utilisé au quotidien, ne figure que rarement sur la liste des numéros culturels agrémentant une cérémonie. A ces rares occasions où la poésie traditionnelle burundaise est jouée, le public admire la richesse et la beauté de cette poésie qui tend à disparaître. Il faut aussi constater que, à ces occasions, l’attention des auditeurs est captée notamment par la beauté des proses mais le sens des mots échappe à la majorité surtout les jeunes. Le festival «Igihugu» à sa première édition qui s’est déroulé en août 2019, est l’une des cérémonies qui ont donné la place à la poésie traditionnelle burundaise allant jusqu’à primer l’un des quelques poètes ayant gardé le flambeau de cette tradition. La création des clubs des slameurs ainsi que les cafés littéraires sont en train de redynamiser la poésie en général au Burundi mais la poésie traditionnelle reste le parent pauvre de cette génération. La tradition orale qui a toujours caractérisé la société burundaise peut être l’un des défis qui limitent l’accès des jeunes poètes burundais aux récits poétiques de notre société. Il reste d’aller à la rencontre du vieil homme de sa colline natale pour restaurer cette tradition et son originalité.                           

GRACE-DIVINE GAHIMBARE

Ouvrir