Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

REPUBLIQUE FEDERALE DE SOMALIE> Visite des médias burundais à l’Amisom

Les troupes burundaises exécutent leurs tâches avec professionnalisme

0000aaqzaSur l’invitation de l’Amisom (Mission de l’Union africaine en Somalie), les médias burundais ont effectué une visite en République fédérale de Somalie du 3 au 8 février 2020 pour voir les différentes actions qui y sont menées par les troupes burundaises. Ces dernières exécutent leurs tâches avec professionnalisme.

Dans une rencontre qu’il a eue avec la presse burundaise le mardi 04 février 2020, le représentant spécial du président de la commission de l’Union africaine pour la Somalie et chef de l’Amisom Francisco Caetano Jose Madeira a fait savoir que l’Amisom a créé un environnement de sécurité en renforçant le développement politique progressif en Somalie.Aujourd’hui, la Somalie a une Constitution  nationale, un Parlement  et un président élu des Etats fédéraux avec un leadership fonctionnel du corps législatif, a dit M.Madeira. L’année 2016 a vu des élections conduites dans tous les Etats sans incident majeur. Une autre clé majeur de l’Amisom, a dit M.Madeira, a été la facilitation  d’un environnement qui a encouragé la communauté internationale pour venir en Somalie. L’Amisom a activement été impliquée au mentorat des forces nationales  de sécurité de la Somalie et celles là sont en besoin urgent des équipements nécessaires  pour prendre en charge la sécurité somalienne.La résolution 2472 des Nations unies prévoit le plan de transition en 2021 qui consiste à transférer les responsabilités sécuritaires à l’armée somalienne. A propos de cela, M.Madeira a fait savoir qu’en 2021 l’Onu n’est pas sûre qu’elle soit capable de gérer les difficultés  qui sont en Somalie. 

La république fédérale de Somalie a un problème d’équipements.

Concernant les équipements, le chef d’Etat major des forces de l’Amisom Général de Brigade Domitien Kabisa a indiqué que le concept d’opération est en train d’être mise en exécution pour permettre la mise en œuvre du plan de transition somalienne pour permettre aux forces de sécurité somalienne de prendre la relève en ce qui est de la sécurité somalienne. La Somalie est un Etat qui est en train de renaître ce qui montre que l’armée somalienne a un problème d’équipements. La Somalie a un défi d’embargo sur les armes qui pèsent toujours sur elle-même si elle a l’appui de la République turque, des Etats-Unis d’Amérique et du Royaume uni.  Même s’il y a une volonté de constituer une force de sécurité, cela va prendre du temps, a-t-il précisé.Quant au commandant du 5è secteur de l’Amisom occupé par le contingent des troupes burundaises, Général de Brigade Richard  Banyankimbona, il a indiqué que les forces de défense somalienne ne disposent pas d’un effectif suffisant pour pouvoir occuper un pays vaste comme la Somalie. M.Banyankimbona a lancé un appel au gouvernement somalien de procéder au recrutement du personnel qui peut combattre les Al Shabab. Il a renforcé les propos de M.Madeira en indiquant que les forces somaliennes n’ont pas d’équipements qui peuvent résister aux engins explosifs improvisés des Al Shabab.Concernant le retrait de mille militaires de l’Amisom en 2019, M.Banyankimbona a signifié que cela a été un cas exceptionnel. L’on croyait que la formule de retrait selon la proportion d’effectifs  que compte chaque pays contributeur de troupes allait s’appliquer à tous les  contingents. Mais ces mille militaires ont été retirés uniquement sur le contingent burundais.

A la question de savoir si le retrait de la Grande-Bretagne de l’Union européenne n’aura pas d’impact négatif sur le fonctionnement de l’Amisom, M.Madeira a indiqué que les fonds utilisés dans les différentes formations n’ont pas été fournis au nom de l’Union européenne. Même si la Grande-Bretagne annonce son retrait  de l’Union européenne, cela n’aura pas d’impact sur sa contribution.La presse burundaise a pu rencontrer les troupes burundaises qui sont sur terrain se trouvant à Jowhar dans l’Etat de Hiir shabelle dans la région de middle shabelle pour voir comment elles travaillent pour maintenir la paix et la sécurité en Somalie. Les troupes burundaises exécutent leurs tâches avec professionnalisme. C’est un travail qui exige une attention particulière parce que les Al Shabab   actuellement ont changé de tactiques en tendant des pièges à l’aide des engins explosifs improvisés aux convoies des militaires burundais. Cependant, ces derniers possèdent des moyens de détecter les engins utilisés pour des embuscades.

Martin Karabagega

Ouvrir