Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Ouverture FESTIVAL « BUJA SANS TABOU» >

Ouverture des rideaux de sa 4e édition« Théâtre-histoire »
000aplaoirLa troupe Lampyre a procédé, le lundi 10 février 2020, à l’ouverture des rideaux de la 4e édition du festival de théâtre « Buja sans tabou » qui se déroulera, du 17 au  23 février 2020 dans les quartiers de l’histoire de la ville de Bujumbura.  Ce festival est organisé sous le thème : «  Théâtre-histoire ». Ce festival permettra de célébrer l’histoire de Bujumbura en brisant le tabou.
Le directeur artistique du festival de théâtre « Buja sans tabou », Freddy Nsabimbona, a indiqué que l’objectif est de se réapproprier et réécrire l’histoire de la ville de Bujumbura qui est inconnue par les citadins en particulier et par les Burundais en général. C’est une histoire qui n’est pas enseignée à l’école et dont les parents ne racontent pas facilement à leurs enfants. «  Cette situation provient d’un manque criant par rapport à nos origines, par rapport à qui on est, par rapport à l’espace et au monde où on habite. C’est assez bizarre  de vivre dans un monde que l’on ignore et qui, par conséquent, constitue un monde étranger pour les indigènes qui méconnaissent leur histoire », a précisé M. Nsabimbona.  Selon M. Nsabimbona, les citadins ont ce désir de savoir de quoi est fait Bujumbura et ses différents premiers quartiers, leur particularité et leur naissance. Différentes compagnies de théâtre s’en sont inspirées pour créer les pièces de théâtre contenant l’histoire qui touchent les quartiers afin que les gens sachent d’où l’on vient et où l’on va. Il a souligné que c’est un désir à l’endroit des citadins, à travers ces pièces de théâtre, de connaitre Bujumbura. Le directeur artistique du festival de théâtre  « Buja sans tabou » a fait savoir que ce festival permettra aux habitants de la ville de redécouvrir Bujumbura en partageant ce que les différents quartiers ont en commun et partant, rêver à redéfinir Bujumbura en convertissant les points négatifs en opportunités pour aller de l’avant.M. Nsabimbona a conclu que ces pièces de théâtre visent à offrir un espace de discussion au public sur les sujets de problématiques qu’elles abordent et réfléchir afin d’arriver à un consensus qui pourraient réunir les Burundais. 

Ezechiel Misigaro

Emelyne Gahimbare (Stagiaire)

Ouvrir