Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Don de sang> Plaintes de certaines gens

Le gouvernement devrait réglementer la gestion du don de sang dans les structures de soins

000azazeCertaines gens se lamentent qu’elles ne voient pas l’intérêt de donner le sang. Ils disent qu’ils font cet acte par amour, mais quand, à leur tour, ils ont besoin du sang, ils en achetent comme les autres. Pour renouer la confiance avec les donneurs de sang, le gouvernement devrait réglementer la gestion du don de sang dans les structures de soins.

Jerôme Ndagijimana est un donneur de sang rencontré au CNTS. Il a fait savoir qu’il a répondu à l’appel lancé par cette institution en don de sang. « J’ai lu sur les réseaux sociaux un communiqué du CNTS lançant un cri d’alarme qu’il y a une diminution du don de sang. J’ai demandé à mes voisins s’ils pouvaient m’accompagner pour répondre à cet appel. L’une d’entre eux m’a répondu qu’il a été déçu un jour quand il avait eu un accident qui nécessitait un don de sang. Il a dû l’acheter alors qu’il avait une carte blanche du CNTS attestant qu’il pouvait  recevoir le don de sang chaque fois qu’il en aurait besoin», a-t-il précisé.Un autre interlocuteur a indiqué que la perfusion du sang faite par les structures de soins aux malades est très chère alors que les gens donnent  ce sang gratuitement aux centres de collecte de sang. Ils disent qu’ils ne voient pas l’importance de donner le sang alors qu’on sait qu’en retour, le donneur n’en recevra pas gratuitement.

Le CNTS demande le remboursement du prix de la poche de conservation du sang

Le directeur technique au sein du CNTS, Félicien Nzotungwanayo a signalé que, normalement, cette institution ne vend pas le sang collecté. Elle demande aux  structures de soins qui viennent pour la  réquisition de rembourser juste les frais de la poche et la trousse pour faciliter d’autres commandes.  Au total, a-t-il indiqué, ces deux matériels ne dépassent pas six mille francs burundais.Cependant, il a fait remarquer que la gestion du don de sang par ces structures de soins est une affaire qui n’engage pas le CNTS. Mais, il a quand même déploré que parmi ces structures, il y en a qui donnent ce sang au triple prix. Concernant les donneurs qui ne reçoivent pas le sang en cas de besoin, Dr Nzotungwanayo a précisé que dans les conditions normales, les donneurs devraient être gratuitement servis en don de sang quand ils en ont besoin. Mais, il arrive que les structures de soins ne facilitent pas cet acte en disant qu’ils en ont en petite quantité dans leurs stocks et que, pour cela, ils ne peuvent pas le donner gratuitement. Dans ce cas, a-t-il expliqué, le donneur peut acheter la quantité de sang dont il  a besoin et adresser une déclaration de créance au CNTS pour le remboursement. Pour pallier les plaintes des donneurs de sang, le gouvernement devrait réglementer la gestion du don de sang dans les structures de soins afin de maintenir la confiance des donneurs.    

Rose Mpekerimana

Ouvrir