Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

VSBG>Témoignage d’une victime

Les violences sexuelles basées sur le genre peuvent causer d’énormes conséquencessur la santé

Les violences sexuelles basées sur le genre (VSBG) existent encore au Burundi. Certaines victimes n’osent pas dénoncer leurs agresseurs alors que ces violences peuvent causer d’énormes conséquences sur la santé humaine.

Dans son témoignage, Aline Kubwimana,  a fait savoir que sa vie d’enfance n’a pas été facile. Son père est mort au moment où elle avait cinq ans. Après quelques années, sa mère est allée refaire  sa vie  ailleurs et elle est partie avec cette fillette. Arrivée dans un nouveau ménage, Mlle Kubwimana a mené une vie dure. Elle a continué les études difficilement car le mari de sa mère ne  la  supportait pas.Mlle Kubwimana a indiqué que sa mère a essayé de lui payer les frais scolaires avec son maigre revenu. Mais, elle n’a pas pu continuer à payer tout ce qui est nécessaire pour les études. Elle a fini par abandonner les études pour rester à la maison avec sa mère et ses petits frères et sœurs. Le mari de sa mère était un gardien dans un hôpital de sa localité. Ce qui fait que, cet homme passait les  journées à la maison. Mlle Kubwimana a fait savoir qu’elle a été violée plusieurs fois par ce dernier. Elle a subi plusieurs sortes de violences.

En premier lieu, elle a subi des violences verbales car cet homme  l’insultait chaque fois en disant que c’est un enfant sans famille. Par après, il a commencé à lui demander de faire des travaux durs qui dépassent ses forces. Mlle Kubwimana a essayé de faire ces travaux et sa maman lui demandait de fournir un effort car elle n’avait pas d’autres choix.Mlle Kubwimana a indiqué que la forme de violence qui l’a durement touchée est la violence sexuelle. Elle a été violée plusieurs fois et elle n’a pas osé le dénoncer. C’est seulement quand elle est tombée enceinte qu’elle a décidé de  le dire à sa mère. Elle a eu un enfant et ce dernier n’a pas été reconnu par son père. Ce qui a été grave pour elle; elle a été chassée. Elle n’avait pas d’autres parentés qui pouvaient la supporter. Sa mère a  essayé de chercher une famille qui pouvait l’heberger. Elle a pu trouver une ancienne voisine qui a pu l’heberger mais, elle ne pouvait pas lui donner tout ce qui est nécessaire pour survivre.

Lucie Ngoyagoye

Ouvrir