Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Editorial> Agressions rwandaises contre le Burundi : La Communauté internationale doit sortir du silence

Le gouvernement de la république du Burundi vient de rendre publique une déclaration dans laquelle il demande vivement à la Communauté internationale de sortir de son silence face aux agressions rwandaises contre le Burundi, dont la dernière en date est de la nuit du 16 au 17 novembre 2019, contre un poste militaire situé en commune Mabayi de la province de Cibitoke, qui a rapidement repoussé l’attaque.Le même communiqué indique clairement que le gouvernement et le peuple burundais ne resteront pas les bras croisés face aux agressions que personne ne peut tolérer et qu’aucun prétexte ne peut justifier. Quel pays demeurerait en effet les bras croisés face aux attaques injustes et injustifiées venant d’un autre pays aux desseins malsains comme ceux du Rwanda, guidé par le seul souci de nuire ! Non et non, le gouvernement et le peuple burundais n’attendront pas que trop soit trop pour réagir, de façon légitime, aux agressions et autres provocations insensées aux conséquences imprévisibles entre les deux pays voisins et dans la sous-région.Qu’est-il donc arrivé pour que le Rwanda, pays voisin du Burundi, membre comme lui de l’Onu, de l’Union africaine et de plusieurs ensembles régionaux attaque un pays innocent, ne cherchant qu’à consolider sa paix, sa sécurité, sa démocratie dans le noble objectif d’un développement national intégral durable dont les Burundais, inclusivement, tireront profit ? Le Rwanda n’aurait-il pas délibérément oublié ses engagements internationaux et régionaux en faveur de la paix ?

 

Qu’il ait le courage de se souvenir seulement de ses engagements en adhérant à la Communauté est-africaine (CEA) et à la Conférence internationale de la région des grands lacs (CIRGL) ! Qu’il ait également le courage de se souvenir du principe du bon voisinage sur lequel se fonde la politique extérieure des Etats ! En attaquant le Burundi, un pays profondément attaché à la politique du bon voisinage, le Rwanda fait fi de ce principe cher à la paix entre ce pays et le nôtre et dans toute la sous-région. C’est pour cette raison, essentiellement, que les ensembles régionaux auxquels appartiennent le Rwanda, pays agresseur et le Burundi, pays agressé, devraient réagir. Dans leurs textes fondateurs, les ensembles régionaux ayant mis en avant la paix pour le développement devraient agir vite et bien pour le retour à la raison des autorités rwandaises qui, en décidant d’attaquer un pays voisin et innocent, se comportent délibérément en ennemi de la paix de la sous-région, de l’Afrique et du monde.

Pour devenir effective la politique du bon voisinage doit être accompagnée de la détermination et de la responsabilité, ce qui manque cruellement à un pays comme le Rwanda, visiblement résolu à faire obstacle à tout ce qui est de nature à favoriser la consolidation de la paix, de la sécurité et de la démocratie dans notre pays. Jaloux de notre bon climat de paix et de sécurité propice au bon déroulement des élections démocratiques pluralistes de 2020, et à la mise en œuvre du Plan national de développement, véritable axe majeur des politiques économiques de notre pays, le Rwanda ne peut que chercher par sa politique agressive, à déstabiliser le peuple burundais et ses dirigeants convaicu de la bonne marche du pays vers un avenir meilleur.

Louis Kamwenubusa

Ouvrir